Une certaine façon de se lécher le coude : demander l’impossible.

Ce matin, dans le billet de Cécile de Kervasdoué (revue de presse internationale, sur France Culture), Chinette et moi avons découvert cette expression que nous ignorions. Nous avons alors tenté, par des gestes vains autant que compliqués, de vérifier l’adage : impossible n’est pas français, sans arriver au terme d’une démonstration exemplaire.

Chinette m’a alors saisi le bras, l’a enveloppé autour de ses épaules, et a léché mon coude avec sa langue. Alors, mon petit ours, tu vois que je peux, moi ! a-t-elle déclaré. Et ne me dis pas que tu es un ours mal léché, ça, tout le monde le sait !

Ah Chinette ! l’amour ne rend rien impossible (enfin presque)!

//

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :