Buren vu de mon bureau

J’ignore où s’en va Chinette, avec ses deux sacs à main, mais à la regarder ainsi traverser le Palais Royal d’un pas décidé, je subodore qu’elle file passer ses vacances en Grèce avec un beau colosse de Maroussi, ou quelques jours tranquilles à Clichy avec ce vieux pendard d’Henry Miller et sa copine Anaïs Nin, ou encore qu’elle a décidé de partir en vacances sans moi, comme c’est la règle entre nous : on partage tout, m’a-t-elle dit hier. Toi tu continues à travailler, et moi, pendant ce temps, je prends ta part de congés pour  faire respirer un peu notre couple. C’est équitable, non ?

Oui, c’est équitable, lui ai-je répondu. T’aurais pas un bon bouquin à me passer, pour demain, au bureau ? la météo annonce une journée torride. Tiens, je vais relire Sexus, du vieux pendard, je dois l’avoir dans le placard des toilettes. A bientôt, Chinette, et n’oublie pas la carte postale !

//

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :