De l’appétit fantasmé des flamants (roses ?) d’eau douce.

Chinette cuisine pour ce soir des grenouilles et, en les regardant sautiller dans la poêle, Chinou, ce flamand rubicond du piémont pyrénéen, a pu constater la similitude avec des rondeurs évocatrices de fesses, mais un peu plates. Avec de l’aïl,  du persil et une pointe de beurre, cependant, après un court séjour dans le four, il ne fait aucun doute que plates ou pas, ces petites fesses-là glisseront sous la langue du Gargantua de la petite Province, et qu’un rot, gai comme le pet d’un pinson, viendra s’épandre en guise de tue-mouches. Car telle est la vie à la campagne, savoureuse et pétaradante. Mais rude pour les convives descendus de la ville.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :