recrudescence des suicides de pelles dû à la chaleur

Sale affaire, il est vrai. La canicule a  fait monter le désespoir de quelques degrés chez les pelles rondes, abandonnées par les teneurs de manches qui n’en peuvent mais. Ainsi peut-on apercevoir sur de nombreux chantiers cet outil pourtant d’habitude si convivial ( au travail comme en amour) en train de se pendre, accroché à son ombre, sur le blanc létal de murs sans lézards. Une bien triste fin, sans parler des risques accentués de crise dans le monde du travail avec une montée du chômage vertigineuse. Sauf si les teneurs de manche  décident de travailler à mains nues. Quelle époque ! les temps sont durs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :