Tant qu’il y aura plus de femmes que de chinois, il y aura moins de désespoir(s)

Après le visionnage du reportage sur ARTE,  « quand la Chine délocalise en Europe »

La seule envie qui vient est de s’envoler dans une fusée Soyouz, ou de creuser un trou bien profond dans la banquise pour y vivre avec les ours et les otaries. Avec de tels personnages à la tête du monde, rire jaune est plus qu’une simple expression, mais heureusement, comme l’a déclaré le chanteur Arno (sur France Culture, entre seize et dix sept heures) à la responsable de l’émission : « tant qu’il y aura plus de femmes que de chinois… » (et d’hommes, pour les femmes peinées)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :