Un Mac Donald peut-il en rappeler un autre ?

C’est samedi, donc l’occasion de se détendre un peu (hormis pour les coincés des badigouinces).

Aussi est-ce l’occasion de vous soumettre ce petit texte issu du « livre des bizarres », écrit par Guy Bechtel et Jean Claude Carrière, en 1981 (éditions Robert Laffont) :

« Mac Donald

Walter Scott, dans son Histoire d’Ecosse, raconte que sous Jacques Ier, un brigand, nommé Mac Donald, vola une pauvre veuve qui, dans sa colère, lui jura qu’elle irait demander justice au roi, « dût-elle pour cela aller à pied jusqu’à Edimbourg ».

 » c’est un long voyage, lui dit le brigand, et, pour que vous puissiez l’accomplir commodément, il faut que je vous fasse ferrer. »

Suivit une scène atroce où un forgeron aidé de plusieurs brigands fixa effectivement, avec des clous, des fers de chevaux aux pieds de la malheureuse.

La fin est plus morale. Jacques Ier apprit la chose. Il fit arrêter Mac Donald et douze de ses complices. A tous, on cloua des semelles de fer aux pieds. Ils furent exposés ainsi trois jours, puis exécutés. »

 

Y aurait-il un rapport avec les steacks à cheval de notre aimable fast fooder  contemporain ? Que le premier qui trouve un clou dans un big Mac nous envoie un message. Après, on avisera…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :