treize ans de procédures, et quelques salauds qui s’en tirent à bon compte

Extrait du monde :

« LES CONSÉQUENCES D’UN DOSSIER MAL INSTRUIT »

Pour Me Amar Bouaou, avocat d’un condamné et d’un acquitté, Aurélie « ne peut pas se poser en victime. Elle a menti ». Selon lui, « on évite un fiasco judiciaire, il fallait que des personnes soient condamnées ». « Treize ans après les faits, l’échec est là. Quelle peine aurait un sens, quand on entend que des coupables de viols en réunion sont condamnés à trois ans avec sursis, on s’interroge », a dit Me Laure Heinich-Luijer, avocate des deux jeunes femmes.

Pour Me Clotilde Lepetit, une autre avocate des plaignantes, en revanche, « la cour d’assises a dit à Nina : ‘on vous croit' ». Elle a cependant fustigé « les conséquences d’un dossier mal instruit » et les « failles judiciaires » dans le cas d’Aurélie.

……………………………………………………………

Faut-il autant de temps pour instruire ce genre de dossier, qui  trouve toujours dans l’oubli une solution partiale. La longueur des procédures tue le jugement équitable. Ainsi en va-t-il des affaires politiques, des scandales sociaux et autres. Les peines se transforment en non-lieux, et les victimes ne regrimpent jamais la pente. Cette affaire de « tournante » est judiciairement et moralement scandaleuse pour ces deux jeunes femmes.

La barbarie peut aller de l’avant : le temps la banalise.

L’article du Monde en lien ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :