Le décolleté de Pierreuse (la main sur l’épaule, Picasso 1901)

Le ciel est souvent sensuel, et même quand les peintres maladroits regardent sur leurs doigts la couleur d’un baiser fondre dans le couchant, l’immensité demeure dans le grisé du soir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :