Les mardis de la poésie : un court de René Char.

 

Pyrénées

(in « Commune présence »)

Montagne des grands abusés,

Au sommet de vos tours fiévreuses

Faiblit la dernière clarté.

Rien que le vide et l’avalanche,

La détresse et le regret!

Tous ces troubadours mal-aimés

Ont vu blanchir dans un été

Leur doux royaume pessimiste.

Ah! la neige est inéxorable

Qui aime qu’on souffre à ses pieds,

Qui veut que l’on meure glacé

Quand on a vécu dans les sables.

René Char

Biographie de René Char

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s