les mardis de la Poésie : James Joyce, « chamber music »

Mon Amour est légèrement vêtue

Sous les pommiers,

Où les vents joyeux ont le plus grand désir

De courir en compagnie

Là, où se tiennent les vents joyeux pour faire de l’oeil

Aux jeunes feuilles qui passent.

Mon amour va lentement, penchée sur

Son ombre dans l’herbage;

Et où le ciel est une coupe bleu pale

Sur la lande riante,

Mon amour va légère, relevant

Sa robe de ses mains mignonnes

 

Version française par Gilles de Seze

http://www.pierdelune.com/joyce.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :