les mardis de la poésie : William Butler Yeats (court extrait)

Un homme vivant est aveugle et boit ce qu’il doit boire.
Qu’importe si les fossés sont impurs ?
Qu’importe si je dois revivre tout cela ?
Si j’endure la peine de grandir,
L’ignominie de l’enfance, la détresse
Du garçon qui devient un homme ;
[…]
Oui, je suis disposé à suivre jusqu’à leur source
Tous les événements par l’action ou par la pensée ;
A prendre la mesure du tout et à me pardonner le tout !
Quand un homme comme moi chasse le remords,
La douceur qui emplit le cœur est si grande
Qu’il nous faut rire et chanter, que nous recevons
La bénédiction de toutes choses, et tout ce
Sur quoi nous jetons les yeux est béni.

A retrouver sur ce site : http://mdurisotti.wordpress.com/2008/05/15/lescalier-en-spirale-yeats/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :