Scoop : le satellite chinois Tiangong-1 (天工) est tombé tout près de mon jardin!

Les gentils lecteurs de ce site me connaissent et de ce fait savent que je passe mon temps à leur raconter des bobards. Ce matin, et dieu sait que l’on en a parlé dans les Médias, un satellite chinois qui menaçait de s’écraser sur la Terre, sans que l’on connaisse l’endroit où il impacterait le sol, ou l’océan, ou quelque belle maman comme disait mon père quand il était lui-même pièce rapportée d’une famille tsariste qui ne supportait pas ce roturier menchevik, époux d’une noble jeune femme issue de la grande famille locale ( de la dynastie des grands bourgeois d’AltPy, une descendance mirlitonne qui entretînt plus tard les guérillas poujadistes), ce satellite est tombé : là.

Bref, ce matin, dans le champ (de maïs) de deux hectares qui entoure mon jardin, une fumée étrange s’élevait du sol. J’ai appelé les chats de la maison et nous nous sommes rendus ensemble, à la queue leu leu, sur les lieux : un trou de cinquante centimètres de profondeur sur deux mètres de diamètre nous offrit alors un spectacle peu commun : nous avions face à nous (bien qu’étant penchés) la boîte noire du fameux satellite (un logo Republic of China ornait la boîte). Le reste de la machine s’était certainement disloqué dans l’espace, ou avait fondu dans la grande poubelle sidérale, qui doit être bien supérieure en volume et énergie (E=MC²) en comparaison des quelques continents de déchets plastiques qui dérivent et asphyxient les océans, les poissons et les ichtyophages qui les dévorent.

Nous étions tous au courant de l’affaire qui, présentement, s’offrait à nos yeux. Quand je dis « tous », je parle de Chinette, de moi, et des chats qui roupillaient sur les chaises et sur le vaisselier, alors que la radio ne cessait de lancer des appels à une vigilance extrême, enjoignant les humains à se coiffer de tout ce qui pourrait les sauvegarder d’un choc dû à la gravitation cosmique : une casserole, un entonnoir, une cocotte minute -même papillon-, voire un chapeau chinois ou un égouttoir à nouilles. Ce que chaque habitant de nos contrées possède en propre et transmet de génération en génération à ses enfants.

Les chats commencèrent à tourner autour du petit cratère, intrigués. Les oiseaux, perchés dans différents bosquets, se taisaient. C’est aujourd’hui dimanche de Pâques et ils s’espantent, hallucinés par la vision d’œufs de contrebande jonchant tous les jardinets des environs, dont ils ne sont pas les géniteurs ancestraux, ne touchent par celà aucune royaltie. Silence. Silence qui, sous la fine oreille des minous, et de la mienne, permit de déceler un bruit assez bizarre, issu de la boîte : un genre d’engueulade, mais dans un langage vernaculaire qui nous (les chats, les oiseaux et moi) était incompréhensible, bien que maintenant fort audible. Deux êtres venus de l’espace s’enguirlandaient. L’un répétait sans cesse King Jon Un, et l’autre Xi Li Ping. Grisette (la minette) traduisit en miaulant : « un dit je suis ton pote, l’autre dit tu as intérêt de l’être, Minus »

Nous sommes de bonne compagnie et n’aimons pas nous mêler des affaires des autres, surtout de celles des extra-terrestres. Qu’ils fassent le ménage entre eux. Mais soudain, dans le ciel, une escadrille estampillée US Air Force vînt pilonner le champ pour détruire la boîte noire et les deux abrutis enfermés dedans. Cela ne dura que quelques minutes, mais le champ fut miné d’assez de trous pour y planter un vaste verger, (à défaut d’en faire un terrain de golf ou d’assassiner un nègre en lui tirant dans le dos). Chinette était encore sur le perron, alors que la tempête s’achevait. J’étais planqué sous la table de la salle à manger quand elle m’interpella :

– »Chinou, maintenant que les trous sont faits, il est temps que tu plantes les arbres. Il nous faut avoir une bonne récolte de fruits l’an prochain ! »

Je crus lire dans le regard des chats comme des yeux bridés qui se moquaient de moi, mais avec une certaine abnégation je pris mes outils et retournai au champ. Le ciel s’était éclairci, le vent était tombé, la température avait remonté quelques degrés sur l’échelle de Celsius. La boîte noire était encore là, avec ses deux zigotos. Alors, je me suis bien calé dans le trou, et j’ai écouté la musique de leurs mots que je ne comprenais pas, mais qui était comme un chant d’oiseau perdu au milieu des œufs de Pâques.

AK Pô

31 03 2018

Ptcq

Tout sur Tiangong-1

…ou presque !

3 commentaires sur “Scoop : le satellite chinois Tiangong-1 (天工) est tombé tout près de mon jardin!

  1. je confirme qu’on nous ment a ce sujet
    j’ai pris cette photo
    ? tiangong 1 , 4 days after the announcement of the crash ? . part2
    ainsi qu’une 2eme dans mon jardin le 06/04/18 regardez ce qu’on y voit

    on dirait bien la station chinoise sur le point de s’écraser et pas du tout désintégré

  2. La radio d’État nous enfume ce matin en prétendant que le satellite chinois est tombé dans le pacifique sud, mensonge bien commode puisque comme par hasard personne ne pourra aller vérifier. Merci à vous et à votre blog pour votre combat pour la vérité.

    • Je confirme : le cône de débris a atteint mon jardin, dans lequel j’ai retrouvé la Rolex de contrefaçon qui donnait l’heure dans la station.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :