nuit blanche, nuit noire

La nuit blanche engrossait une femme noire

Sous l’œil rond d’une lune rousse

Dans la guerre sans fin les enfants mort-nés

Suçaient le sang violet des mères

Pendant que nous baisions sur de doux matelas

Le monde tournait le dos aux visions des ados

La nuit noire engrossait une femme blanche

Sous l’œil carré d’un Enfer très parfait

Dans la guerre du Futur les armes du Passé

Suçaient le vent violent des bals et des banlieues

Il n’était nulle part d’autres lieux

Où se réfugier nulle musique que le bruit

Assourdissant des bombes qui dansaient

Ne restait qu’un grand tapis étendu sur la nuit

Que les joies et les pleurs fleurissaient de leurs morts.

AK

09 02 2019

CAMP DE GURS (Pyrénées Atlantiques) où furent parqués plus de 12000 individus, espagnols, juifs, communistes, gitans, etc etc durant la seconde guerre mondiale.

Bon, c’est pas tout ça!

6 commentaires sur “nuit blanche, nuit noire

Répondre à ninipeaudchienNinipeaudchien Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :