(pas de) lettres à Henriette (du Japon à Paris 1978)

les non lettres à Henriette, (du Japon à Paris) 1978

Imaginez que vous débarquez, après plus de huit heures de vol dans un aéroport, le même jour et avec une heure d’avance par rapport à l’heure où vous avez embarqué la veille. Mais là, bad trip : placés dans une file à part, avec ceux qu’il faut appeler des gens (aux yeux bridés ou des chevelus) ne portant pas de costard cravate, soit des migrants potentiels ; nous passons trois heures entre attente et interrogatoire (où allons-nous, combien d’argent avons-nous, pas d’adresse de référent aux USA…). Finalement, on nous libère (en nous donnant l’adresse du Hilton pour l’hébergement!). Nous tentons de contacter par téléphone un Youth Hostel pris au pif dans l’annuaire, mais nous ne comprenons rien et au bout du fil la personne n’est pas du tout aimable. Se retrouver à Los Angeles à seize heures, dans une mégalopole sans la moindre idée de l’endroit où dormir nous affole.  Bref, comme nous sommes encore dans l’aéroport, nous décidons de prendre le prochain avion pour Vancouver, où nous avons un ami (et son adresse). Atterrissage deux heures plus tard et là, rebelote ! Interrogatoire séparé pour chacun pour coordonner nos dires, vérifier l’adresse que nous fournissions etc, sous la coupe de monsieur Vacherette (ça ne s’oublie pas!). Finalement, nous sommes de nouveau libérés avec un visa d’un mois…Il est 23h. Heureusement, il y a encore des bus et l’un d’eux nous emmène dans le quartier où habite notre ami.

N°2425 de la rue …Petites maisons sympas dans la nuit avec jardin en façade. Mais la rue se termine au n°2423 ! Il doit être deux heures du matin, nous sommes épuisés. Alors, tant pis ! Nous frappons à la porte du 2423. Pas de réponse. Je tourne la poignée : c’est ouvert. Nous rentrons, cherchons quelqu’un pour savoir si notre ami est là et surtout si c’est la bonne adresse ! Dans une chambre dort un ours, qui se réveille vaguement en disant en français « mais qui sont ces deux êtres sortis tout droit de mon nihilisme ? » Ouf ! C’est la bonne adresse, l’ours est au courant de notre venue. Notre ami loge ailleurs, mais il n’y a pas de problème pour rester. Enfin, dormir !

Nous passerons une quinzaine de jours à Vancouver. Puis départ en auto-stop (on nous avait dit qu’on pourrait ramasser des pommes chez Big Bad Joe, vers Calgary, dans l’Alberta). Mais après avoir été pris en stop par un vieux fou, qui ne freinait pas dans les descentes avec sa vieille guimbarde, nous avons décidé de prendre le bus (le train étant a priori beaucoup plus rudimentaire). La ligne de bus Greyhound traverse le Canada d’est en ouest. Nous avons manqué Big Bad Joe et donc traversé pendant une semaine, en continu, attentes de correspondances dans des gares routières de jour comme de nuit, pour finir à Montréal, à manger un Chien chaud ! Nos visas arrivaient à terme, et nous sommes partis pour New York, où se trouvait la première ligne low coast (Sky line je crois) à destination de Londres. Deux jours plus tard, on atterrissait à Heathrow, Londres. Puis ferry et train vers Paris. Partis quelques (petits) mois de la gare du Nord vers Moscou, nous revenions à notre point de départ : la boucle était bouclée !

AK

04 08 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :