liens de riens, fils de soi (plus Barbara et les moustaches de Moustaki)

Si au bout de soi

Pas même ne subsiste

Un fil de soie

Couds ta bouche !

De quelle haleine

Se vêt la haine ?

Par quelle aiguille

S’endort la Belle ?

Et toi, vil hameçon,

Suspendu au crin blond,

Comme un cheval d’arçon,

Frère du bouchon

De liège ou du chaudron

De quels poissons

Nourris-tu les mendiants ?

Le parfum des jasmins

Séparés des moellons

De mon humble maison

Le soir le parfum suave

Le pas lent de tes lèvres

Sur le gravier des miennes

Boubou de soie au bout

De tes yeux ornés de rimmel

Regard noir au goût de miel

œil vivant observant mon désir

De poisson rouge dans ta vie

Si au bout de soi

Pas même ne subsiste

Un fil de soie,

Annulez tout.

29 11 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :