Pamela

Pamela logeait rue de l’Abyssinie, dans la loggia à gauche en sortant. Nous nous étions croisés dans l’encoignure d’une porte cochère. Par m égarde, elle m’avait estourbi deux doigts de pied. Son regard avait la franchise d’une toupie et ses reins auraient porté Atlas, son globe et leur ombre, voire ma grand-mère défunte. Ses fesses, que plus tard je je pus déterminer plus clairement comme étant safranées, avaient ce chaloupé que seules possèdent les marie-salopes de saint Nazaire, sans parler de ses glandes mammaires qui rendirent fous tant de marins.

Elle vivait seule et dépourvue de tout. Son lit dormait debout, entre un placard vide et une reproduction embue des cauchemars de Goya. Une table minuscule, qu’une machine à coudre obsolète appesantissait dangereusement, trônait au centre de l’unique pièce, tenant compagnie à trois chaises infirmes mais résolues.

La douleur qui tiraillait mon pied m’autorisa à passer la nuit dans ce sous-lieu . Le lit tomba dans un faux mouvement de l’hôtesse. Mais déjà nous avions pris rendez-vous chez Melchior, Gaspard et Balthazar. Son sexe pratiquait le matérialisme dialectique tout comme le mien le détournement. La frénésie de nos ébats ne s’atténua qu’au moment où je compris qu’il était impossible de voir ce que je voyais : deux jambes s’enfuyant aux toilettes alors que le coït se déroulait encore. En moi naquit un doute. Où vont ces jambes sans fesses ?

Des idées reçues sur le fameux Hollandais Volant éteignirent mon ardeur.Ne resta qu’un fanal, type Oceano Nox. L’amour est une chose, l’amour en est une autre. Pamela me dit : « comme épuisé le pêcheur rentre, son épouse lui fait l’amour. Au lendemain elle lui demande : homme, de quels poissons fis-tu récolte l’autre soir ? L’homme de dire : des plus beaux, des plus charnus, les uns de lune, les autres d’iroise. Donne-les moi, répond la femme. Alors le pêcheur, rentré bredouille la veille au soir : quelqu’un a vidé mon épuisette. Et l’épouse de s’en contenter. »

novembre 1985

AK

Petit supplément sur autre chose, un exemple à suivre si vous vous sentez sans scrupules !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :