Animal, pas si mal (Nestlé règne sur toi, Purina mais je n’en parlerai pas ici)

Je vous le dis tout net : les jours augmentent et le coût de la vie aussi. Alors investissons nos économies déjà maigres dans le CRAC40. Les pauvres et les miséreux de ce monde n’ont pas de ressources, celles-ci ayant été privatisées par les locataires permanents des palais et des statues mémorielles en leur honneur. Alors, si jadis la populace ne demandait selon la légende que du pain et des jeux, l’heure est venue de taxer le pain et de privatiser le service public dont la gratuité d’accès est un véritable scandale. Car qui paie la redevance ? Les pauvres ! Qui regarde la télé quand il n’y a rien à voir d’autre que toujours les mêmes navets pour lesquels les vendeurs de boissons caramélisées ne paient aucun droit, ceux-ci étant tombés dans le domaine public. Chantres de la gaieté falsifiée, du tout sourire aux dents blanches, des publicités ciblées et des séries maintes fois rediffusées ; qui les regardent encore ?  les pauvres cons, les arriérés mentaux qui ne s’abonnent pas à Netflix, à Prime, à OCS, à Salto, aux plateformes payantes en tout genre. Mais attention ! Il ne faut pas tuer le con, source de revenus. Juste l’abrutir avec des petits jeux qui apparaissent en bas d’écran ; une question stupide, tapez un ou deux, 0.99×2 euro par SMS ou téléphone. Un gagnant sera tiré au sort parmi les bonnes réponses. Les pauvres, notamment les vieux, sont ignares et/ou malvoyants. Un jour ils appuient sur la touche un, l’autre sur la deux. Ils ne gagnent jamais. Seule leur facture de téléphone engrange leurs errances. Voilà pourquoi il faut investir dans la misère, physique et mentale des pauvres dont on a sorti de la tête tout esprit critique, les inonder de publicités adaptées à l’heure d’écoute, en général des pubs pour maigrir, des trucs et des bidules pour lutter contre l’arthrose, des serviettes anti-pipi… Sans parler des réseaux sociaux et des croyances dites alternatives sur des sujets cruciaux, auxquels ils accèdent en un clic sur leur écran de téléphone portable à manipulation simplifiée. Sans aide psychologique, juste un code à quatre chiffres.

Ce préambule n’est que prétexte à faire évoluer notre société humaine vers l’animale. Ne t’inquiète pas pour l’avenir mon fils, tu finiras bête, oublieux du passé et de tes ancêtres, ne sachant plus faire une division, une multiplication, sans l’aide de ton Samsung, tes mains n’écriront plus et se contenteront de taper avec une vitesse vertigineuse sur ton clavier, mais pas de souci, tu seras connecté, que tu le veuilles ou pas, à ces jeux vidéos qui régiront ta vie, ton temps et peut-être, s’il reste un peu de temps pour l’enfer, tes enfants.

Vous me direz que les animaux ne forment pas une société, mais sur quels arguments pouvons-nous nous baser ? N’avons-nous donc pas constaté que de nos jours quand le chien du voisin aboie nulle caravane passe, que les poules ne se font plus écraser en traversant la route, mais que les poulets nous cabossent car on leur en a donné la possibilité, que si les oiseaux ne pondent pas des œufs carrés c’est par ignorance du théorème de Pythagore. Ignorez-vous pourquoi les sangliers broutent dans les golfs et les terrains de sport en retournant allègrement la pelouse ? Ce sont en vérité d’anciens supporters humains mécontents des résultats du match qui s’est déroulé contre les bœufs musqués de Nouvelle Zélande et les bœufs moins costauds de nos provinces nationales. Et puis, savez-vous pourquoi les lièvres dansent dans les prés au clair de lune ? Ah, voilà de quoi nous clouer le bec, non ?

De fait, nous sommes en train de devenir tout simplement inutiles ou utiles à ne rien devenir sur cette planète. Il suffit de regarder quelques images de Tchernobyl pour constater comment la nature a repris ses droits sur ces espaces anéantis par l’homme. Toute une vie animale y a prospérée, certes contaminée, mais réelle. Les animaux s’en foutent, de toute façon, ils ne construisent ni usines nucléaires ni mégalopoles infernales. Ils se moquent bien que le ciel leur tombe sur la tête, quand les hommes par une simple panne d’électricité voient toutes leurs immenses capacités industrielles et numériques se casser la gueule avec eux. Alors certains se replieront sur le diktat d’un Dieu : « que la lumière soit et la lumière fut ». Allumons nos chandelles et prions chantent les évangélistes et donnez-nous votre misérable pension pour acheter les générateurs dont Dieu a besoin (surtout pour mes potes et moi). Alléluia ! Ceci étant une des raisons, et pas la seule, de taxer les pauvres, de privatiser la télé et la radio d’État, et d’abrutir les gens qui regardent bouche ouverte la tétine des vendeurs de boissons caramélisées et les dents souriantes et blanches des grandes gueules qui règnent dans le vaste univers médiatique.

Je ne sais pas si je suis devenu un peu bête en écrivant ce texte un peu/très con, mais c’est réconfortant de se sentir bête d’une pensée humaine (sans locomotive).

10 01 2021

AK

19 commentaires sur “Animal, pas si mal (Nestlé règne sur toi, Purina mais je n’en parlerai pas ici)

    • (non les pauvres ne paient pas la redevance 😉 )
      Sûre? hum hum ! Tu parles des gens qui n’ont pas la télé nationale et en ce cas tu as raison. Mais combien coûtent les abonnements aux plateformes, par an ?

      Aimé par 1 personne

    • Chaque génération a voulu un monde plus juste. Tu vois où nous en sommes… je deviens fataliste et je me dis que c’est le dessein de l’homme de vivre ce qu’il vit. Le système s’est mis en place depuis les premières richesses… par quoi voudrais-tu le remplacer, qui tienne la route ? C’est joli les beaux sentiments seulement voilà, ils restent des utopies.

      J’aime

      • Tu es cependant bien contente de profiter d’acquis sociaux apportés après maintes luttes par des « utopistes »
        Les progrès qui semblent inabordables actuellement le seront dans le futur. Le problème étant qu’en enfants trop gâtés habitués à tout obtenir dans l’immédiat et si possible sans effort, nous avons perdu le goût et la volonté de nous battre..

        Aimé par 2 personnes

      • Je parle de l’ensemble de l’humanité. Je suis contente des acquis sociaux de nos sociétés occidentales, mais le monde, ne se réduit pas à nous. Regarde-le. Regarde son état : des guerres, de l’esclavage, des famines, des maladies comme s’il en pleuvait ! Tout cela au XXI ème siècle avec les antécédents que l’humanité a vécue ? Rien n’a servi à rien. Et c’est de cela que je parle. Pas de notre microcosme.

        Aimé par 1 personne

  1. Je crois que je deviens un peu asociale, un peu jemenfoutiste aussi, ou alors je fatigue, ou peut-être ai-je changé de planète sans m’en être rendue compte et alors ça expliquerait bien des choses ! Tu ressens cela aussi quelque fois en observant le monde ?

    Aimé par 2 personnes

    • Ce que je ressens c’est cette renonciation que portent les humains à ne pas se rebeller contre un monde qui, s’il trouvait ne serait-ce que l’égalité, offrirait à tous et toutes une liberté et une fraternité essentielles. En cela je reste optimiste. Toutes les dictatures ont fini par tomber. Mais je suis de plus en plus pessimiste sur la capacité d’une majorité de gens à comprendre ou espérer trouver les solutions, quand je vois le niveau d’hystérie des anti-vacs et des polémiques de salons quand un drapeau européen flotte sous l’Arc de Triomphe parisien. Il y a tant à faire dans tant de domaines, sans changer de planète, juste des objectifs réalisables, tout simplement réalisables.
      Hier j’ai visionné le reportage « Le peuple des barraques » (sur Youtube), un doc sur l’immigration dans les années 60/70, traitant surtout l’immigration portugaise, gens qui vivaient dans des taudis dans les années du début 70, alors que l’on construisait des cités qui sont devenues, dans les années de la fin du vingtième siècle, des ghettos. Dans ma région, tous les portugais sont des êtres à part entière, des artisans et des gens respectés par tout le monde. Je ne peux pas être asocial, car derrière chaque individu il y a une Histoire. Mais devant les zélateurs d’un ordre nouveau, l’ignominie de différence entre une couleur de peau et l’espoir de vivre mieux que de devenir victime de régimes fascistes, alors certes je préférerais vivre sur une autre planète.
      Bonne soirée à toi et merci pour ton commentaire !

      Aimé par 2 personnes

    • Il m’arrive souvent de ne pas me comprendre, ce qui est un des mystères de la vie. Mais depuis quelques temps toi-même t’es évanoui de mes lectures quotidiennes. Peut-être sommes-nous les bâtisseurs algorithmiques d’un espace virtuel dont chaque ouvrier qui tombe de l’échafaudage disparaît, sans laisser de trace. Bon OK, je vais interroger le hérisson qui pique les croquettes dans la gamelle des chats !

      J’aime

Répondre à SALGRENN Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :