Quel contrat, quel engagement?

A force de raconter sa vie pour au final en faire un livre d’histoires sur le temps qui passe il avait fini par perdre tous les chapitres qui le composaient, incapable de ce fait de mettre un point final à sa vie et d’ainsi mourir heureux d’avoir rempli le contrat qu’il avait signé avec lui-même. Il était de ces gens qui pensaient être les rois du monde, un monde très restreint dont il était le principal centre d’intérêt, un genre d’aimant qui attirerait les foules et ferait exploser les applaudissements sur son passage, un lieu pas plus grand que son appartement, mais possédant un long couloir. Comme il se sentait l’art de posséder l’entrain persuasif d’un démagogue, il discourait dans son cabinet avec aisance, cabinet qui se trouvait au fond du corridor, deuxième porte à droite. Sans doute était-ce l’endroit où ses chapitres, jour après jour, avaient disparu dans le vortex de la lunette et de la pénurie de papier toilette.

Comme il vieillissait et que sa mémoire flanchait au rythme des nécessités de son nettoyage de fesses, il fit appel aux oiseaux qui piaillaient dans le jardin. Il pensait, ignorant de la langue des plumitifs et du savoir des ornithologues, trouver en eux des alliés, zélés et ailés, qui soutiendraient son délire pour quelques boules de graisse et la promesse de miettes lancées dans l’herbe dernièrement tondue. Hélas, la guerre éclata, l’herbe ne se renouvela pas car les oiseaux de malheur becquetèrent les graines semées ; l’Été fit fondre les boules de graisse et les oiseaux, déçus, vinrent déféquer sur les pages et les écrits que notre homme n’avait pas encore parfaitement torchées.

Un vent d’immodestie traversa son arrière train et devant le saccage des étourneaux étourdis et des moineaux friqués qui gloutonnent l’eau des bénitiers, notre homme prit la décision de taire son dessein. Il ne raconterait pas sa vie par écrit (comment pourrait-il le faire désormais?), mais des fariboles qui émouvraient les masses populaires dont il ignorait toutes les douleurs et les complexités. Assis sur son trône derrière la deuxième porte à droite, il se mit à chanter des airs vantant la liberté, des partitions emplies de clés des champs, écrites noir sur blanc, il lut les chants de Maldoror et sur ceux de l’horreur un instant il se tût. Un chat noir le regardait. Puis un roux. Enfin ils furent vingt, et même bien plus, sur le toit, une quarantaine plantés là, sur le rebord de la fenêtre du cabinet. D’un geste l’homme tenta de les chasser, de les effrayer. Mais ils ne bougeaient pas. On ne sait quelles connivences les avaient réunis en ce lieu précis, mais ce qui était sûr, c’est qu’aucun chat n’avait peur.

L’homme, lui, tremblait. Tous les chapitres de ce qu’il voulait vendre et raconter de sa vie monarchique s’étaient envolés dans la grande Histoire des malfaiteurs de l’Humanité.

Certes, il fallait en rire. Avant que ce monde perde toute logique, et il faisait partie de cette engeance suicidaire ; de celles et ceux que la mémoire tue , silencieuse, rend criminelle. Il réalisa enfin que toute chose était devenue inutile, que les traités de paix n’étaient que pets fumants, que les contrats n’engageaient que ceux qui en paieraient le prix, et lui pouvait s’engager, écrire ce qu’il voulait tout finirait dans la cuvette des cabinets, alors à quoi bon perdre son temps et attendre que la gloire immortelle prenne sa place sur l’oreiller. Est-ce ainsi que finissent les songes dans l’arbitraire des peaux que la Mort rongera pendant des siècles, de ces égoïsmes propagandistes qui font mouche(s) et trouent les cervelles avec l’impact fracassant de l’ignorance des masses ? Il fallait bien se confronter à la réalité : le Monde est un nombril, un aimant ; tel l’anthrax qui agglomère ses tumeurs pour régner sur la maladie d’une planète devenue bleue, de peur. De nouveau la maladie du charbon l’empêcherait de prendre dans ses mains un crayon, et ses discours démagogiques, comme il est raconté plus haut, finirent par se perdre dans les tuyauteries miasmatiques des mots usés. Il n’avait plus rien à dire, mais l’envie d’appuyer sur le gros bouton rouge le titillait d’autan. D’OTAN ?

29 04 2022

AK

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :