Catégorie : écrits ici et pas ailleurs (heureusement!)

Encore cinq degrés et je bous !

L’idée est certes pitoyable : en 2050 j’aurai 95 ans. J’espère ne plus être de ce monde. Comme tout individu, mourir dans mon lit, loin des instituts, c’est un projet bien difficile à envisager, tant la vieillesse privatise la mort et que le choix ne… Continue Reading « Encore cinq degrés et je bous ! »

Un peu d’ « on peut » (sans AVC, mamie)

On peut pendre la peau d’un ours avant de l’avoir tué On peut jurer que l’on est innocent pour un meurtre avéré On peut transformer la disgrâce en rédemption On peut suspendre les cornes d’un caribou à l’entrée d’un chalet On peut respecter celle… Continue Reading « Un peu d’ « on peut » (sans AVC, mamie) »

Nouveaux jours (à l’avenir, laisse venir)

Gina me demande si écrire me provoque un orgasme, quand je suis complètement absorbé entre la multitude des touches du clavier, que je glisse des mots entre les « alt » et les « ctrl ». Je ne peux que lui répondre que seules les cartouches d’encre de… Continue Reading « Nouveaux jours (à l’avenir, laisse venir) »

Télépastichons !

J’ai du perdre quelque part mon sens de la vie, le pourquoi et le comment y parvenir ou le retrouver. Le monde que j’habitais jadis est mon aquarium, l’intelligence est artificielle depuis l’invasion des algorithmes dans la géopolitique de la vie quotidienne. Rien ne… Continue Reading « Télépastichons ! »

Avant de fermer la porte du temps…

C’était un jour de Noël où l’on demanda au père, qui somnolait sur sa chaise pendant que les reines et les rennes banquetaient , de révéler un secret. Il faisait beau, ce qui est rare dans le petit pays dès que l’on dessert la table… Continue Reading « Avant de fermer la porte du temps… »

Pantalonnade, ou la vie suspendue

Je me souviens d’un jeune homme, qui était mon frère en ce temps-là, et dont le « Levis » était raide et tenait debout tant il était cradingue. J’en ai conservé l’odeur de ces gens qui, n’ayant jamais navigué sur les mers, gardent ce goût amer… Continue Reading « Pantalonnade, ou la vie suspendue »

Oiseaux aux nids

Par foi (laïque) on écrit et parfois on se perd Quand les arbres se déplument, que l’absence En feuilles mortes sur un tapis moelleux Gentiment installe une femme aimée Sur la vie dépassée par de vieux horizons Les rires sont tombés les branches dénudées… Continue Reading « Oiseaux aux nids »

Edmond (ô Mam!)

EDMOND Comme j’étais toute seule toute nue et toute émerveillée de ne pas trouver la nuit au fond de mes chaussettes, je me suis dit : tiens, si j’allais voir Edmond ? Le Ramadan démarrait et je sais qu’Edmond adore raccommoder ses sept doigts de pieds… Continue Reading « Edmond (ô Mam!) »

Poème animalier

La nuit est trop profonde pour y creuser un trou. Dans la gueule du loup se tait le bavard hibou Qui debout au comptoir racontait des histoires D’avant la fermeture des becs de gaz, des sans le sou Que la lueur réchauffait, leur apprenant… Continue Reading « Poème animalier »

Retour à la maison du fromage qui pue.

Je suis sorti de cette vaste maison mais n’ai pas retrouvé mes traces sur le chemin du retour pour rentrer chez moi, où femme et enfants m’attendaient. La neige avait ce soir-là mis ses pas dans les miens, mais elle, contrairement à moi, effaçait… Continue Reading « Retour à la maison du fromage qui pue. »

%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :