Catégorie : les mardis de la popoésie

les mardis de la poésie : Jean Cocteau

Contre le doute hélas je n’ai pas de refuge En quelles mains me suis-je mis ? Et comment me juger car lorsque je me juge J’ai les yeux de mes ennemis. Que j’aimerais m’aimer et me laurer de gloire. Attendre le succès final. Mais…

les mardis de la poésie: miroirs et teints

Quand le fond de ton teint dévoile ses amours mortes L’homme qui vient puis se love entre tes seins n’est rien Qu’amours vagabondes, logis fugace d’un ciel sans porte Incapable de vivre, d’aimer ou encore de promener le chien Dans le miroir sans tain…

les mardis de la poésie : à un marin, à un migrant.

A Luc, que je ne connais pas Tous ces châteaux de sable qui fondent dans la nuit Alors que prisonniers nos pas dansent et s’ennuient Qui viendra ce soir applaudir sur nos larmes, laver Le ciel noir de nos intempéries, de nos rires pervers…

les mardis de la poésie : Guillaume Appolinaire (1880-1918)

La tzigane   La Tzigane savait d’avance Nos deux vies barrées par les nuits Nous lui dîmes adieu et puis De ce puits sortit l’Espérance L’amour lourd comme un ours privé Dansa debout quand nous voulûmes Et l’oiseau bleu perdit ses plumes Et les…

les mardis de la poésie : Stéphane Mallarmé

Aumône Prends ce sac, Mendiant ! tu ne le cajolas Sénile nourrisson d’une tétine avare Afin de pièce à pièce en égoutter ton glas. Tire du métal cher quelque péché bizarre Et, vaste comme nous, les poings pleins, le baisons Souffles-y qu’il se torde ! une…

les mardis de la poésie : ombre et nègre

Ombre : Ce soir, j’épouserai mon ombre Dans la flamme Ardente et femme Dans la lumière de mon sexe Elle sera tendue, longue et triste En son carnaval de pacotille Mais en sa pleine enveloppe Mon corps sera à elle A la salive de…

les mardis de la poésie : « l’alligator » et « les hibous », de Robert Desnos

les mardis de la poésie : Charles Cros, « le hareng saur »

Au lieu de présenter le texte nu voici une version animée de ce poème, assez plaisante.

les mardis de la poésie : Salah Stétié, grand poète libanais

un vrai bonheur de lecture, une découverte totale, engrangée au musée Paul Valéry. Ce poème est magnifique, à  retrouver dans le lien en bas de texte.   «La paix, je la demande à ceux qui peuvent la donner Comme si elle était leur propriété,…

le mardi c’est poésie : Paul Valéry

j’irai goûter à Sète ce poète subtil, mais ne soyez pas jaloux, la Méditerranée vous aime tous!   le cimetière marin :

%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :