Catégorie : les mardis de la popoésie

les mardis de la poésie : Saint John Perse

C H A N S O N   Mon cheval arrêté sous l’arbre plein de tourterelles, je siffle un sifflement si pur, qu’il n’est promesses à leurs rives que tiennent tous ces fleuves. Feuilles vivantes au matin sont à l’image de la gloire)… Et…

les mardis de la poésie : William Butler Yeats

La seconde venue Tournant, tournant dans la gyre toujours plus large, Le faucon ne peut plus entendre le fauconnier. Tout se disloque. Le centre ne peut tenir. L’anarchie se déchaîne sur le monde Comme une mer noircie de sang : partout On noie les…

les mardis de la poésie: Henri Michaux

Avis aux jeunes ménages Dès qu’on oublie ce que sont les hommes, on se laisse aller à leur vouloir du bien. C’est pourquoi, sans doute, on conseille de se recueillir de temps à autre, de faire retraite. Qui n’a pas de femmes ne songe…

les mardis de la poésie : Michel Leiris

Belle Pour découvrir l’existence de filons extasiés dans les profondeurs mouvantes de ton corps mes doigts sont des baguettes de sourcier Bizarres serpents de la colère mes meubles se haïssent dans ma chambre à coucher et leurs grandes batailles immobiles rappellent celles de nos…

les mardis de la poésie : Blaise Cendrars

les boubous Oh ces négresses que l’on rencontre dans les environs du village nègre chez les trafiquants qui aunent la percale de traite Aucune femme au monde ne possède cette distinction cette noblesse cette démarche cette allure ce port cette élégance cette nonchalance ce…

les mardis de la poésie : Max Jacob

Apéritif   Les grands spahis tout rouges Confesseurs de diablesses Un soir d’été à Montrouge M’ont conté leurs prouesses. « Un jour, dit l’un, le négous Me fit cadeau d’un burnous Et d’un grand plat de couscous. Ses femmes qui étaient laides Allaient à…

les mardis de la poésie : Charles Baudelaire

A une mendiante rousse   Blanche fille aux cheveux roux, Dont la robe par ses trous Laisse voir la pauvreté Et la beauté, Pour moi, poète chétif, Ton jeune corps maladif, Plein de taches de rousseur, A sa douceur. Tu portes plus galamment Qu’une…

les mardis de la poésie : Raymond Queneau

Il pleut        (Queneau, que n’eau!)   Averse averse averse averse averse averse pluie ô pluie ô pluie ô! ô pluie ô pluie ô pluie I gouttes d’eau gouttes d’eau gouttes d’eau gouttes d’eau parapluie ô parapluie ô para verse ôl paragouttes…

les mardis de la poésie : Jean Cocteau

Contre le doute hélas je n’ai pas de refuge En quelles mains me suis-je mis ? Et comment me juger car lorsque je me juge J’ai les yeux de mes ennemis. Que j’aimerais m’aimer et me laurer de gloire. Attendre le succès final. Mais…

les mardis de la poésie: miroirs et teints

Quand le fond de ton teint dévoile ses amours mortes L’homme qui vient puis se love entre tes seins n’est rien Qu’amours vagabondes, logis fugace d’un ciel sans porte Incapable de vivre, d’aimer ou encore de promener le chien Dans le miroir sans tain…

%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :
%d blogueurs aiment cette page :