Archive | Les petites vies de Chinette et Chinou RSS for this section

Sète, Images singulières, number 9

Bon, c’est vrai, la Modus crachotait du CO2 bien noir quand Chinou appuyait sur l’accélérateur. Mais nous avions réservé l’hôtel depuis fin février, dans lequel nous allons chaque année.  Donc, impossible de décommander notre venue, notre court séjour. Et puis, ce festival d’art photographique est un vrai régal. Du monde mais pas de multitude, pas d’agglomérats de gens qui involontairement font obstacle à la visibilité des photos exposées. Un tas de bénévoles très charmants, ouverts, jeunes. Des photos lumineuses, judicieuses, émotionnelles.

Des travaux minutieux, aussi, tels ceux exposés à la gare de Sète (Gilles Coulon).

Et puis, Sète, ville dans laquelle les gens se parlent, qui ne pètent pas plus haut que leur cul, sans doute un des derniers espaces conviviaux que nous pouvons encore partager avec de libres paroles, et de vraies sensations !

 

D’autres images de Sète dans un autre article.

Images Singulières dure jusqu’au 11 juin, toutes les expos sont gratuites et la ville est « habitée ». C’est un endroit rare !

Chinette et Chinou : deux ventrus au Ventoux.

Voici bien une montagne mythique de Haute Provence qu’il faut avoir grimpé (selon divers moyens de locomotion) au moins une fois dans sa vie : c’est chose faite. Le géant de Provence, ou encore le mont Chauve, est unique, culminant à 1911 mètres au-dessus de la mer (rien à voir cependant avec le Mulhacen, dans la sierra Nevada espagnole, qui érige ses 3479 mètres au-dessus de la Méditerranée, du côté de Grenade).

En voici quelques images, prises par beau temps.

Près de chez nous il y a 365 montagnes…

Ce n’est pas moi qui le dit. Pourtant, j’aurais bien voulu que se fût moi. Mais cela s’est passé sous la lune (et de nombreuses étoiles), avec les 365 chats des villages environnants qui ont écouté les autres parler, chanter, danser, élaborer une stratégie pour traverser les Pyrénées, si jamais la french sister de Donald T. venait au pouvoir. Ils disaient que les chiens flaireraient leurs traces, il leur faudrait traverser dans la neige, effacer leurs marques, et surtout ne pas faire confiance aux passeurs, tel que l’Histoire l’a maintes fois racontée lors de la guerre d’Espagne (1936) aux enfants des républicains rescapés de la guerre civile, aux portugais des années 70, qui fuyaient Salazar et les guerres  coloniales (Angola, Mozambique…).

Comme dit le proverbe : « les chats ne font pas des chiens », et 6000 nazis italiens ne font pas l’Europe.

Comme nous étions tous (les animaux et nous, les humains) en plein hiver, que le soleil brillait, nous nous sommes installés dans le jardin, nous avons mis un peu de musique, un cha cha cha, et nous avons regardé l’ombre faire le tour des arbres en regardant les montagnes et les arbres qui réjouissaient nos yeux.

Patachon, Rouquinou et Grassouillette font du tourisme

Bien installés sur leur table tournante, les trois minous se sont payé un petit voyage (Biarritz, Berlin, Bilbao) pendant que Chinette et Chinou maniaient les ciseaux , l’une pour les costumes du prochain spectacle de théâtre enfants, l’autre pour ne pas trop se tourner les pouces…

(cliquez pour agrandir les images !)

Like a stupidity !

Hier soir, allongé dans le lit, cette phrase m’est remontée jusqu’au cerveau qui, à cette heure-là, n’est plus bon à rien. De longues minutes de recherche mentale ont été nécessaires pour en retrouver l’origine. Alors, fulgurance !

Docteur Feelgood, 1974 !

 

Mais ensuite j’ai appuyé ma belle jeunesse (enfuie sur les territoires délicieux de ma Chinette, comme dans un bouquin de Cormac Mac Carthy -la trilogie-) sur l’épisode suivant de You Tube : « Down By The Jetty« . (1975). J’avais 20 ans, maintenant je suis devenu un vieux con : LIKE A STUPIDITY !

Et puis j’ai dérapé ! (à cause d’Alain Mabanckou et de son thriller « Tais-toi et meurs » (‘en collection poche) :

plan froid pour les minous : le 115 MIAOU saturé (comme d’hab) !

L’Hiver est là, avec sa pelisse de général. Pauvres minous abandonnés, à la rue !

 

 

Les minous se heurtent aux portes closes :

 

Heureusement, il y a le refuge de Chinette et Chinou !

Ah, parlez-moi des commandes sur Internet !…

J’avais commandé (pour faire un cadeau à Chinette) un tigre en papier à reconstituer soi-même, et voilà ce que j’ai reçu hier :

imgp0937

Une collection complète de chatons poilus avec leur mère !

J’hésite quand même à re-expédier le paquet…

De fait, pour me calmer, j’ai emmené Chinette au golf de Lourdes, où l’on a manqué de se retrouver les quatre fers en l’air, à côté du trou numéro 8 !

imgp0936

Du coup, on a laissé les voiturettes en carafe et on s’est baladé à pied!

Bonne année 2017, bien au chaud dans vos chaussettes !

 

Bonne année à toutes et tous, de la part de Chinette et Chinou, et des minous.

imgp0894

 

Si le froid persiste, entraînez-vous à manier les baguettes :

 

 

 

Les crocs-minous et autres balivernes d’avant Noël

Voici une petite série terrifiante découverte grâce à la télésurveillance de mon appareil photo :

LES CROCS-MINOUS :

Au début, ils étaient nombreux, jeunes et curieux…

 

Ne restèrent que Patachon, Rouquinou et Roméo, qui avaient échappé au gang des Crocs-Minous, qui n’étaient en fait que des petites pointures pour ce genre de méfaits !

Mon doux Herve, roi des fromages (belges)

Un beau cadeau que Chinette a rapporté, passant tous les contrôles aéroportuaires au risque de passer pour une vagabonde sans hygiène… mais c’était une ruse, et Chinou l’a félicité chaleureusement, avant d’ouvrir le pot de sirop de Liège et d’en tartiner quelques toasts…

 »

Le fromage de Herve se déguste seul sur du pain ou dans des préparations culinaires. Il est aussi usuellement consommé avec un produit sucré : le sirop de Liège, avec lequel on tartine la tranche de pain. La croûte orange et humide peut être enlevée en frottant légèrement avec un couteau.

Il se conserve au réfrigérateur ou en cave à des températures comprises entre 4°C et 8°C. Il peut aussi se conserver deux ou trois jours à température ambiante pour obtenir un degré de maturation plus important au moment de sa consommation. Son odeur typique et franche impose souvent l’utilisation d’une cloche à fromage.

Il accompagne parfaitement les vins jeunes et légers et les bières brunes d’abbaye comme les bières de l’abbaye du Val-Dieu. » 

source : Wikipédia

%d blogueurs aiment cette page :