Un photographe: Jean Stéphane Cantero ( ou en passant par Royan, nous avons vu…)

En septembre, à Royan, ce photographe exposait le long de la plage  quelques oeuvres, baptisées « les Gueules de mer« , qui non seulement étaient bien nommées, mais apportaient encore une dimension humaine chaleureuse, entre le sillon des rides et la gaité des regards, le tout empanneauté sur un noir et blanc où le contraste jouait entre la dureté de la mer et la lueur émanant de ces vieux loups  réjouis.

http://www.js-cantero.com/

Ils ont gobé les nains de jardin !

C’est toujours un petit bonheur de découvrir un peu de ringardise ici ou là, quand la semaine débute et qu’on rentre du boulot

 

 

Opération INDECT (by my Black Cat)

La liberté, individuelle et collective, tend à se réduire comme une peau de chagrin. Si l’on cumule la privation des droits d’expression et de mouvement, la libre pensée confrontée aux réactions extrémistes de tous bords, les supputations faisant de tout individu un terroriste potentiel (cf opération INDECT), et si l’on rajoute à cela le fait que peu à peu une grande nation dotée de deux milliards d’habitants rachète certaines parties du Monde,les industries, terrains agricoles,  entreprises dont elle acquiert les technologies sous prétexte de créer de l’emploi et du développement , ce qui, de plus en plus d’expériences le montrent, n’est qu’un leurre visant à soumettre le monde occidental -qui l’a bien cherché et finit maintenant par le trouver- pour mieux en tirer profit, la question reste la même : que faire pour éviter de perdre le peu qu’il nous reste encore, nous étant les habitants de cette planète et leur descendance qui voient les barreaux de l’échelle disparaître et l’ascension devenir impossible,  au profit d’ une infime frange de la société qui abuse de sa richesse.

Commencer par s’intéresser au monde qui bouge, et ensuite s’organiser pour qu’une conscience qui ne soit pas manipulée puisse faire changer les choses qui, pour l’heure, nous engluent plus qu’elles ne nous libèrent.

http://www.rezocitoyen.fr/anonymous-operation-indect.html

Rebar, mets le couvert, aujourd’hui on mange une voiture !

S’il est bien temps de s’y mettre, c’est maintenant : Chinette et Chinou apportent la table et les chaises, la nappe et les couverts. Il faut juste payer le parc-mètre et le tour est joué. Bon sang, pourquoi n’y avons-nous pas pensé plus tôt ?

Sans doute parce que c’est tout  SIMPLEMENT épatant !

http://www.parkingday.fr/news/a-l-origine-de-park-ing-day-le-collectif-rebar.html

Un Mac Donald peut-il en rappeler un autre ?

C’est samedi, donc l’occasion de se détendre un peu (hormis pour les coincés des badigouinces).

Aussi est-ce l’occasion de vous soumettre ce petit texte issu du « livre des bizarres », écrit par Guy Bechtel et Jean Claude Carrière, en 1981 (éditions Robert Laffont) :

« Mac Donald

Walter Scott, dans son Histoire d’Ecosse, raconte que sous Jacques Ier, un brigand, nommé Mac Donald, vola une pauvre veuve qui, dans sa colère, lui jura qu’elle irait demander justice au roi, « dût-elle pour cela aller à pied jusqu’à Edimbourg ».

 » c’est un long voyage, lui dit le brigand, et, pour que vous puissiez l’accomplir commodément, il faut que je vous fasse ferrer. »

Suivit une scène atroce où un forgeron aidé de plusieurs brigands fixa effectivement, avec des clous, des fers de chevaux aux pieds de la malheureuse.

La fin est plus morale. Jacques Ier apprit la chose. Il fit arrêter Mac Donald et douze de ses complices. A tous, on cloua des semelles de fer aux pieds. Ils furent exposés ainsi trois jours, puis exécutés. »

 

Y aurait-il un rapport avec les steacks à cheval de notre aimable fast fooder  contemporain ? Que le premier qui trouve un clou dans un big Mac nous envoie un message. Après, on avisera…

c’est aujourd’hui l’automne, et tout le monde s’en fiche, Chinette !

pas entendu parler une seule fois du fait que ce soit aujourd’hui l’automne, ni dans les radios télés, ni au boulot. Motus !

Cela n’a l’air de rien, mais je trouve que c’est grave, Chinou !

« – oh, tu sais Chinette, ce matin je batifolais entre une nuée de frelons asiatiques ( du côté d’Oloron sainte Marie), alors l’automne…

« – tu es comme les autres, Chinou, tu perds tes repères ! quand les chinois débarqueront, tu ne sauras même plus jouer au mikado ! »

Tout se délite

 

!

Vous prendrez bien une chicha fabriquée à base de maïs OGM ?

Après les révélations sur le danger potentiel des OGM, je boirais bien un petit coup, moi !

Le lobby des semenciers va très vite répliquer, et il sera curieux de voir quels arguments et façons de nier ils trouveront. Sans doute l’intervention de  » grandes signatures » scientifiques, philosophiques et pseudo-moralisantes, comme d’hab.

Bon, alors, cette chicha, elle est dans un cercueil traité au xylophène cancérigène ou quoi ?

Comment, le xylophène n’est pas cancérigène ? Attendons un peu, et il le sera, c’est sûr !

Tant qu’il y aura plus de femmes que de chinois, il y aura moins de désespoir(s)

Après le visionnage du reportage sur ARTE,  « quand la Chine délocalise en Europe »

La seule envie qui vient est de s’envoler dans une fusée Soyouz, ou de creuser un trou bien profond dans la banquise pour y vivre avec les ours et les otaries. Avec de tels personnages à la tête du monde, rire jaune est plus qu’une simple expression, mais heureusement, comme l’a déclaré le chanteur Arno (sur France Culture, entre seize et dix sept heures) à la responsable de l’émission : « tant qu’il y aura plus de femmes que de chinois… » (et d’hommes, pour les femmes peinées)

reprise du boulot : Chinette, c’est ton tour de promener les chiens !

Pas eu le temps de flairer les bonnes aventures du monde contemporain. Si ce n’est la visite de ce président dictateur d’Azerbaïdjan, le nommé Ilham Aliev , dont la France attend quelques juteux contrats ( pour Siemens, Total…) très certainement, bien loin de condamner l’attitude de ce personnage ( » Ilham Aliev a exprimé tout le cynisme et le mépris de toute valeur morale par sa grâce accordée à Ramil Safarov, l’assassin d’un officier arménien pendant son sommeil, à Budapest au cours d’une session de formation de l’OTAN« ) (dixit le Monde).

Ce sont les arméniens qui sont ravis ! Bon, Chinette, va donc promener les chiens avant que la nuit ne tombe !

%d blogueurs aiment cette page :