décollage imminent

regardez bien cette photo. Tout d’un coup, la vierge va s’élever, toute seule, dans les airs, propulsée par un moteur dissimulé sous sa robe. Après, il ne restera qu’un peu d’herbe brûlée sur le sol, et les hommes viendront y faire la sieste et bronzer avec leurs copines. Chaque année, le spectacle est le même, et le monde toujours au rendez-vous.

la machine à dupliquer les anges

Extrait du mode d’emploi :

 » attraper un ange au vol, si possible pas trop gros ni gras. Le coincer dans la machine, grâce aux planchettes, puis faire tourner avec la petite manette  la vis sans fin jusqu’à une compression complète. L’empreinte très nette de l’ange aplati apparaît alors. Alléluia ! on peut dès lors imprimer autant de copies qu’une imprimante normale. »

La prochaine fois, le thème sera : comment attraper un ange au vol.

aujourd’hui, journée nationale des gauchers adroits

Après quinze jours d’exploits et d’explosions de joie diverses le temps est venu de remettre les pieds sur terre ; aujourd’hui, c’est la  » journée mondiale des gauchers« , et dans le genre n’importe quoi, très prisé sur ce petite site, voici quelques idées à placer parmi les 365 jours de l’année :

– journée nationale du saucisson d’âne.

– journée (et nuit) des cocus

– journée des ongles incarnés

– journée des doigts de pieds en éventail

– journée des petits cochons à la queue en tire-bouchon (journée couplée avec celle des marchands de vin alcooliques)

– journée des échiquiers politiques et des damiers automobiles

– journée des journées ajournées pour raison de guerre civile

– journée de la journée bien remplie au bord des piscines vides

etc etc et que c’est terrible…

en photo, journée des parapluies qui n’entrent pas dans le vestibule.

As-tu vu le requin blanc, petit coquin ?

Si certains voient des nains partout, d’autres fantasment sur le danger que représentent les requins au bord des piscines. De saint Tropez à La Réunion, en passant par saint Jean de Luz et Valence (photo), la terreur s’installe sur les plages. Il est pourtant un moyen simple d’effaroucher le requin blanc : se badigeonner le corps à la crème de camembert (choisir un AOC certifié par le label : Marie Harel French Touch).

Ne faites pas comme ces idiots de touristes nord méditerranéens qui se tartinent les papilles de tarte tropézienne et se font immanquablement croquer par des requins jaloux ne sachant pas nager. Car il y a plus de  grands requins blancs (Carcharodon carcharias)  de la famille des lamnidés portant des tongues aux pieds qu’il n’y a un seul représentant du genre Carcharodon naviguant avec un aileron sur le dos ( genre de planche à voile tissée en fibre de rémora).

JO: l’or du perchiste Renaud Lavillenie

Ayant franchi la barre des 5.97m, notre héros de la voltige en a laissé ses baskets en plein ciel, comme suspendues au fil de l’évènement planétaire. Mais une question a titillé Chinou : pourquoi n’y a-t-il pas d’épreuve de saut à la perche féminin ? Réponse immédiate de Chinette : les femmes n’ont pas besoin de cet ustensile pour s’envoyer en l’air. La réponse est un peu spécieuse, certes, mais il faut dire qu’à l’épreuve féminine de la courte échelle, les hommes sont toujours restés au ras du gazon.

Un petit carré de fraîcheur

La châleur caniculaire , qui se fait d’année en année plus présente dans nos petits catalogues de vacances à la maison et de  jours travaillés sur le trimard et autres étagères du BTP, a obligé , moralement, Chinette à m’offrir un petit carré de fraîcheur.

« -Et toi, Chinou, qu’est-ce que tu m’offres ?

« – un cône glacé, pistache chocolat, ça t’ira ?

« – tu es adorable, mon Chinou

« – je vais le piquer dans le frigo de mamie et je reviens. Embrasse-moi il faut chaud dans la buanderie !

« – smack ! »

klaxonnez dans les tunnels !

Ca vous rappellera votre enfance, quand papa roulait comme un fou et que votre grand frère frimait avec son petit coupé sport et son klaxon italien !

méfions nous des grosses brutes !

alors qu’ils s’apprêtaient à lui tomber dessus, le petit nacelliste mongol a eu juste le temps de taper la phrase magique sur son clavier et a ainsi pu pétrifier ces deux géants aux faciès patibulaires.  Avant que ne nous assaillent les guerriers Massaï amassés, jetons du lest par dessus bord, ma mongole fière !

De l’appétit fantasmé des flamants (roses ?) d’eau douce.

Chinette cuisine pour ce soir des grenouilles et, en les regardant sautiller dans la poêle, Chinou, ce flamand rubicond du piémont pyrénéen, a pu constater la similitude avec des rondeurs évocatrices de fesses, mais un peu plates. Avec de l’aïl,  du persil et une pointe de beurre, cependant, après un court séjour dans le four, il ne fait aucun doute que plates ou pas, ces petites fesses-là glisseront sous la langue du Gargantua de la petite Province, et qu’un rot, gai comme le pet d’un pinson, viendra s’épandre en guise de tue-mouches. Car telle est la vie à la campagne, savoureuse et pétaradante. Mais rude pour les convives descendus de la ville.

 

Devinette

L’une de ces portes est virtuelle, l’autre réelle. La vraie vous donnera accès à un logement cosy, avec une chambre au sommier et au matelas somptueux, un réfrigérateur bien garni dans la cuisine (toutes les mesures d’hygiène sont remplies, et les produits sont classés grande gastronomie locale). Un endroit de rêve vous attend.

L’autre porte, l’immatérielle, bien que d’apparence aussi réelle que la première citée, vous entraînera dans un voyage quasi immobile sur Mars, à bord d‘un petit robot de quelques milliards d’euros se déplaçant à la vitesse maximale de 20 mètres par jour, autant dire un ennui phénoménal dans des contrées affreusement désertes ( impossible de fumer en se penchant au hublot, pas la moindre chance d’apercevoir Usein Bolt passer en fusée).

L’heure est donc venue de faire votre choix. Cocooner ou explorer Mars au mois d’août. A moins que vous ne préfériez la plage, mais ce n’est pas dans la règle du jeu. Dommage.

%d blogueurs aiment cette page :