Christian Lutz, photographe

Suite à divers entretiens radiophoniques entendus sur France inter et France Culture, entre autres, il me semble intéressant de mettre en avant ce photographe, et le reportage photo réalisé au Nigéria en 2009-2010.

Extrait de

Société civile des auteurs multimédia Société civile des auteurs multimedia – 5 avenue Vélasquez 75008 Paris – Tel +33 1 56 69 58 58


Christian Lutz est né à Genève, Suisse, en 1973. Il étudie la photographie à l’Ecole supérieure des Arts et de l’Image « Le75 » à Bruxelles. Photographe depuis 1996, il s’est principalement intéressé à des sujets dans les Balkans, au Brésil, en Afrique de l’Ouest, aux Etats-Unis et en Suisse.

« Tropical Gift est une véritable intrusion dans le monde des affaires du pétrole et du gaz au Nigeria. Entre 2009 et 2010, Christian Lutz a exploré les coulisses du pouvoir, où se joue le théâtre des dominants et des dominés. Il a photographié la vie quotidienne des hommes d’affaires expatriés dans la capitale du pays (Abuja), leurs transactions avec les membres de la Nigerian National Petroleum Corporation, mais aussi la vie des populations locales du delta du Niger, où se trouve véritablement le pétrole. Des images déroutantes, entre clichés et dure réalité, où le photographe pose son regard sur l’un des épicentres de bon nombre de problématiques Nord-Sud. »

christian Lutz Nigéria photos

//

investir à Nova Cidade de Kilamba ?

Pouvant accueillir 500 000 habitants, cette ville  construite en trois ans par les chinois ( voir article), située à trente kilomètres de Luanda, capitale de l’Angola, est une ville fantôme.  Sur les 2800 logements disponibles actuellement, seuls 220 ont été vendus. Le prix oscillant entre 120 000 et 200 000 dollars, quand le revenu moyen par habitant est d’environ 2 dollars/j, en dit long sur ce type de réalisation « à la chinoise ». Ceux-ci, en contrepartie, ne manqueront pas de se rembourser en exploitant les ressources naturelles du pays ( pétrole, minerais, etc) sans vergogne, s’incrustant un peu plus dans le continent africain trop longtemps délaissé par le monde occidental (qui n’y a bâti que des républiques bananières et installé des dictateurs). L ‘Angola est une ancienne colonie portugaise, devenue indépendante en 1975, mais qui connut durant 27 ans une guerre civile aux enjeux assez complexes.

De votre appartement situé au huitième étage de la section immeubles verts, peut-être verrez vous Luanda et son avenue du 4 février, dite Marginal, qui  » symbolise le contraste en la beauté naturelle de la baie et les édifices modernes qui la bordent ». Pas d’inquiètude à avoir quant au risque de se sentir seul au balcon : ces appartements seront investis par des cohortes de sinologues d’ici peu, venant recoloniser le continent tout en apprenant la langue portugaise, afin de migrer ensuite en Amérique du sud bouter les brésiliens hors de l’hégémoniaque et céleste Carnaval de Rio.

//

Tu fais quoi, cet été ? Bof, je bosse !

Cet article du Monde pour ne pas bronzer idiot comme une foule de jeunes feignassons à papas, et en hommage à ceux qui ne verront peut-être la mer qu’arrivés à l’âge adulte.

Chinette et les menuisiers

Chinette : »- tu connaîtrais pas un menuisier, par hasard, j’ai besoin d’un meuble pour ranger tes pulls et mes balais. »

Chinou: »-des menuisiers, j’en connais au moins trois. Tu veux que je les appelle ? »

Chinette : »- ceux qui sont sur la photo ? »

Chinou : »-oui. »

Chinette : »- je veux un meuble, pas un cercueil, enfin, pas pour moi en tout cas ! »

Chinou : »-… »

18 juillet : le Mandela day

Extrait tiré de l »‘Humanité » de ce jour , dans l’article consacré à l’anniversaire de Nelson Mandela et à l’action de la Mandela Fondation:

Les messages de vœux et les incitations à agir conformément aux valeurs prônées par le père de la Nation Arc-en-ciel sont également arrivés du monde entier ce mercredi. Le président américain Barack Obama et son épouse Michelle ont salué la « volonté de fer » et l’« intégrité sans faille » de l’ancien président Sud-Africain. Alors qu’en France, une banderole devait être déployée par des enfants au départ de la seizième étape à Pau, le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-moon rend lui hommage à un « combattant de la liberté ».

Des fois que quelques un(e)s y seraient sensibles, pour remetre ça l’an prochain, sinon tous les jours…

//

le vaisseau de pierre

les jours où il ne se passe rien sous un grand ciel bleu sans nuage, des migrants sautent sur un rafiot avec l’espoir d’un monde meilleur qui les attend, de l’autre côté de la mer. Récemment encore, plusieurs dizaines de morts en Méditerranée.

Le ciel est bleu, la mer est belle. Naviguons en brassant nos illusions, le tsunami viendra quand nous n’aurons plus rien à attendre, car il n’y aura plus rien ici, là, partout.

Un bon bouquin : « le vaisseau de pierre », de José Saramago, à lire écroulé dans un transat.

il voit des vélos partout !

Depuis quelques jours, et pour encore quelques uns, la petite capitale (et cité royale) béarnaise  devient le pôle du cyclisme tous azimuts. Tous les styles y sont représentés, ainsi que tous les âges (on y rencontre des cyclistes à quatre roues, des vélos poussettes à trois roues et des zèbres sur des véhicules à une seule roue, munie d’une selle au-dessus, mais sans guidon. C’est le grand bazar dans la ville, mais l’air y sent le parfum des escapades et des grimpettes, ce qui constitue un véritable petit bonheur temporaire (jusqu’à l’arrivée de la caravane du tour…).

Roulez roulez petites reines et gamins en tricycle, la ville est à vous !

 

 

 

le temps des vacances

Chinette et Chinou ont décidé de partir en vacances en Italie avec leur petite Fiat 500, destination Rome. Mais ils sont tombés en panne hier matin à Lourdes et, pour payer la réparation, doivent faire la saison comme serveur dans un bar-restaurant pizzeria (Chinou) et vendeuse de bondieuseries dans une boutique en pente de la rue de la Grotte. Autant dire que les vacances ne seront pas de tout repos, sauf pour le suppositoire à camions, autre appellation de la Fiat Lux 500.

//

//

on n’est pas là pour se faire engueuler…

En ce jour de XIV juillet qui voit défiler les corps d’armée et le matériel militaire haut de gamme, pourquoi ne pas faire défiler également les prisonniers, politiques, de droit commun, les criminels, qui symbolisent la tension et le mal être et sont une des composantes de la Nation, pourquoi n’y aurait-il pas un cortège de joyeux sans culottes, de tristes sans papiers, de chômeurs et d’indignés, de patrons mafieux et de politiciens cumulards, chaque catégorie habillée d’une  tenue qui la distingue des autres ?

Sans doute la confusion pourrait alors s’installer dans les esprits, et l’on confondrait le XIV juillet, prise de la Bastille, avec Carnaval, emprise de joyeux drilles. Or, il ne faut pas rire avec la révolution française. C’est pourquoi on ne voit que des militaires, avec médailles et tenues de combat ou d’apparat, de rigueur. La rigueur, c’est du solide, et ça ne badine pas avec le vulgum pecus. La liberté, l’égalité et la fraternité, la vraie lutte pour la vie, c’est toute l’année, sauf le XIV juillet.

//

Du recyclage des antennes rateaux.

Alors que les centres Leclerc lancent leur campagne publicitaire pour le nettoyage des rives des ruisseaux, gaves et fleuves, nettoyage prévu en septembre, s’inscrire dès maintenant pour y participer -bénévolement-, Chinette a décidé de recycler les antennes râteaux qui pourrissent lentement sur le toit des maisons et immeubles, tant dans les villes que dans les hameaux perdus du Petit Pays. Pour cela, seront mis à contribution une armada de charpentiers couvreurs et de ramoneurs, tous volontaires et rémunérés (car cette action se fera durant les heures de travail), qui iront décrocher ces vestiges des conduits de cheminées. Ces râteaux seront loués à petit prix à tous les touristes désireux de renouer avec la nature et la vie campagnarde, voire de moyenne montagne. Tout le monde pourra participer, même les chauves. Le temps des fenaisons et des moissons est là et le monde agricole a besoin de bras. Voilà un projet bien digne de Chinette, qui m’a, je l’avoue, laissé quelque peu pantois.

D’autant que ceux qui le désirent pourront repartir avec le précieux tube à dents métalliques, qui pourra leur servir de paratonnerre, s’ils pratiquent le camping, ou de peigne, s’ils ont la grosse tête. Bien mieux que l’initiative des centres Leclerc, je vous dis. Et pas besoin de s’inscrire, il y en aura pour tout le monde.

 

//

%d blogueurs aiment cette page :