Cauterets, les pieds dans la neige.

Un petit tour dans les Hautes Pyrénées, à Cauterets-village (1400 hab, alt 1000m), avant que les flots de touristes ne débarquent…

tiens, Chinou, j’ai retrouvé ça dans ta valise du temps perdu !

Bon, merci Chinette, je vais le relire, des fois que.

http://www.alternatives-paloises.com/article.php3?id_article=5442

//

Eduardo Chillida, sculpteur basque immémorial

Quelques oeuvres, entre Bilbao et San Sebastian, prises en passant. Le musée consacré à cet artiste, à Hernani, au pays basque, est clos depuis 2010, pour cause de crise financière généralisée. Dommage ! Un autre sculpteur intéressant, basque lui aussi, Oteiza, a un musée du côté de Pampelune (mais je ne sais plus où j’ai mis les photos). Quelques liens :

celui-ci est en espagnol : http://www.vavel.com/es/arte/32060%E2%80%90eduardo%E2%80%90chillida%E2%80%90el%E2%80%90escultor%E2%80%90de%E2%80%90la%E2%80%90real%E2%80%90sociedad.html

Celui-là est ineffablement wikipédien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Eduardo_ChillidaIMGP8448 BILBAO190310 (19) BILBAO190310 (21) BILBAO190310 (23) BILBAO190310 (24) IMGP8449 IMGP8611 IMGP8576 IMGP8575 IMGP8574 IMGP8572 IMGP8571 IMGP8565

//

Alejandro Cartagena petit port-folio paru dans « The independant »

Tout d’abord, les photos : http://www.independent.co.uk/arts-entertainment/art/features/keep-on-trucking-the-human-impact-of-the-rise-of-monterreys-new-supersuburbs-8454479.html?action=gallery&ino=2

Ensuite, le site de ce photographe : http://alejandrocartagena.blogspot.fr/

source : Courrier International n°1162, mais l’article est réservé aux zabonnés…tant pis !

la page Mexique de CI , pour compenser.

//

Budapest en traversant le Danube

Quelques images…et, pour en savoir plus sur le Danube , c’est ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Danube

 

//

l’envol des calamars le soir, en baie de Tokyo…

Encore un article dans le domaine maritime aujourd’hui, pour cette nouveauté ichtyologique. On connaissait les exocets, mais si  les calamars s’y mettent, avec leur forme de drone suppositoire, cela risque de changer la couleur de l’eau du monde sous-marin. A quand le survol des pays en guerre par des raies manta, la haute finance contrôlée par des rémoras. Chinette, ferme la fenêtre, un gros vol de baleines balance des parapluies tout azimut !

A lire :  http://www.sudouest.fr/2013/02/08/d-incroyables-calamars-volent-a-11-metres-par-seconde-960739-4776.php

//

Charles Cros est innocent : il n’a rien à voir avec la mort massive des harengs sur le littoral islandais, je l’affirme ici.

Tout d’abord, cette triste nouvelle :

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2013/02/06/des-millions-de-harengs-retrouves-morts-dans-un-fjord-dislande/

Ensuite, ce petit poème réjouissant du grand Charles Cros (1842-1888) :

 

Le hareng saur

A Guy.

Il était un grand mur blanc – nu, nu, nu,
Contre le mur une échelle – haute, haute, haute,
Et, par terre, un hareng saur – sec, sec, sec.

Il vient, tenant dans ses mains – sales, sales, sales,
Un marteau lourd, un grand clou – pointu, pointu, pointu,
Un peloton de ficelle – gros, gros, gros.

Alors il monte à l’échelle – haute, haute, haute,
Et plante le clou pointu – toc, toc, toc,
Tout en haut du grand mur blanc – nu, nu, nu.

Il laisse aller le marteau – qui tombe, qui tombe, qui tombe,
Attache au clou la ficelle – longue, longue, longue,
Et, au bout, le hareng saur – sec, sec, sec.

Il redescend de l’échelle – haute, haute, haute,
L’emporte avec le marteau – lourd, lourd, lourd,
Et puis, il s’en va ailleurs – loin, loin, loin.

Et, depuis, le hareng saur – sec, sec, sec,
Au bout de cette ficelle – longue, longue, longue,
Très lentement se balance – toujours, toujours, toujours.

J’ai composé cette histoire – simple, simple, simple,
Pour mettre en fureur les gens – graves, graves, graves,
Et amuser les enfants – petits, petits, petits.

//

Budapest entre les murs… (série)

petits détours : ce soir,  la capitale de la  Hongrie.

//

%d blogueurs aiment cette page :