c’est par les femmes que le temps change(ait)

les femmes portaient le chagrin du temps et l’émergence d’un printemps qui sans cesse renouvelait la baïonnette des combats contre l’envahisseur. Mais quel était l’envahisseur ?  celui auquel nous n’avions aucun compte à rendre, aucun contrat à respecter. Depuis, quand l’homme descend dans le puits, que la lune soudain l’éclaire de plain pied, à la Murakami (« l’oiseau à ressort »), les femmes qui portaient la lune des songes masculins  étincellent. Il pleut des étoiles dans les lits défaits et nulle défaite historique ne couronne les amants. Les petits Bonaparte sont cocus et les empereurs africains brillent par leur absence : le monde a retrouvé sa logique, il tourne dans le bon sens, avec humour en Bolivie (mais avec quelle impolitesse et quelle destinée mongoloïde ?)

Carmela, ne nous oublie pas !

-et toi, Chinou, pense à ta Chinette !

-cada dia , y durante la noche, tambièn!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s