un monde sans humanité, ils voudraient.

Dans les rues désertes prises ici et là dans mon petit pays (Nay, Tarbes, Lourdes), pourtant, un vent de convictions s’est levé. Tous et toutes étaient rassemblés sur une place de multiples villes, et ils étaient des millions. Des millions qui n’auront plus peur, car la peur est le début de toutes les terreurs. C’est ainsi que les hommes vivent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s