Demain, nous parlerons de Hansel et Gretel (opéra de Humperdinck)

Mais comme dimanche est un jour de repos, il ne sera question ici que de quelques images puisées dans le petit pays.

10 commentaires sur “Demain, nous parlerons de Hansel et Gretel (opéra de Humperdinck)

  1. Désolé Jacques, j’ai répondu à tort à une question de votre part qui s’adressait sans doute à Karouge.

    Quant au gentleman mélomane dénommé un Passant (avec P), il existe bien mais il s’est peut être encore égaré sur un autre site.

    Avec ça, je ne sais toujours pas quel est le petit chat de Hans.

    • En effet, elle s’adressait à Monsieur K. Mais quoi, on n’est pas si nombreux ici que l’on commence à s’y battre ! A trois la partie est toujours plus jouissive, n’est-ce pas ? 😉

      Bon, Marc, redeviens sérieux, mon gars : le Passant ? On va le rattraper par le col !

      Et, quand Monsieur K va-t-il se décider à se livrer sur son opéra fétiche ?

      • pour la partie purement « musicale », sans être trop technique, vous êtes le bienvenu (article ou commentaire).

      • Bah, il n’y a pas grand chose à dire et vous l’écrirez vous-même si le cœur vous en dit : le spechgesang est peut-être trop technique ? Evoquez une technique de déclamation chantée, plutôt (c’est pareil). l’orchestration est wagnérienne de même que l’emploi du leitmotiv.
        Enfin, l’opéra est peut-être pour enfants, mais n’est pas enfantin du tout pour les chanteurs et demande les meilleures techniques vocales et le plus assurées. Ce n’est pas pour rien que les plus grands s’y sont frottés.

        Un détail amusant que j’ai appris en farfoullant un peu (bêtement dans wikipedia, je crois) c’est Richard Strauss qui en assura la création. Plaisant.

  2. Mais lequel de ces chats est celui de Hans? Celui sur lequel il fait semblant de se retourner pour jeter ses petits cailloux?

  3. Et vous nous ferez une petite analyse du Sprechtgesang ?
    Heureusement qu’il a eu ce Hänsel und Gretel, ce brave Humperdinck. Curieux comme la postérité peut venir du succès d’une seule œuvre, sympathique mais mineure.
    Mais je suis sûr que votre regard sera moins bourru que le mien.
    J’attends donc 🙂

    • Hélas, désolé de vous décevoir, mais ma très modeste culture s’arrête au conte de Grimm.
      Pour le « sprechgesang » (sans « t », mais j’en ai quand même plein la bouche), j’imagine qu’il faut demander à un Passant (pas n’importe lequel).

      • En effet, le sprechgesang (pour les béotiens comme moi : « Le Sprechgesang est un style de récitation à mi-chemin entre la déclamation parlée et le chant, inventé par Engelbert Humperdinck dans son opéra Die Königskinder (les enfants royaux) mais surtout connu pour avoir été repris par Schönberg dans le Pierrot lunaire. » (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sprechgesang).
        Je dois dire que c’est surtout le conte qui m’amuse, cet opéra n’est pas trop dans mes cordes , enfin, mes trompes d’Eustache…

      • Ohlala, ma j’ai failli, Marc… skuz-moi. sans t en effet. Mais que vous dira le Passant (avec P) de plus que vous ne sachiez déjà ? Une technique de parler-chanter en effet assez remarquable, largement développée dans le Pierrot lunaire de Schönberg comme le dit notre ami Antoine.
        Pour le reste, Humperdinck est un disciple de Wagner et ça s’entend.
        J’ai réagi parce que Karouge a titré sur l’opéra. Mais si c’est le conte qui l’intéresse…
        Alors ? ça vient, Monsieur K. ? 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :