Réflexion nocturne

Comment le Doute vient-il à l’Homme ?

Un exemple qui fait preuve, et ne date que de quelques heures (un scoop internautique).

Comme il n’y avait que des conneries à la télé, j’ai pensé : je vais faire de l’humour, pour me distraire, et donner à penser aux extra-lucides égotistes (notamment ceux qui hantent les forums déserts dès l’aube, commentent eux-mêmes leurs propres articles en se pavanant sur l’avenue des Newsletters, écrivent avec leurs ciseaux et décapitent les contradicteurs, ces lurons joyeux de la liberté d’expression).

Sur la table, hélas, il n’y a que mes couverts, une assiette et un camembert. Décision rapide : je vais mettre ce camembert en boîte. (à Paname, ils nomment ça l’humour rustique aux saveurs du terroir, quand nous, êtres déprimés de vivre en petite province, nommons cela par son fait : patrimoine à pâte molle et croûte fleurie des  campagnes, malgré la fuite des camemberts à l’Etranger sous couvert de taxations abusives, mais c’est une autre fabulette.

Bref, j’attire mon calendos avec une tranche de pain (beurrée comme un normand de Vimoutiers), il arrive, je le sens, le respire, le piège est parfait. Soudain, lucide du danger qu’il court, (et que sans doute il fait courir à toute une société d’hommes, de femmes, d’enfants, de couvées et de veaux mal allaités), le camembert doute. Instant terrible, tant pour lui que pour l’homme qui prophétise la découpe d’une belle tranche de rire, couteau en main, riant en sourdine de sa cruauté cannibale.

A mon tour, je doute : si je retourne au menu à la carte, est-il possible d’avoir, à la place du camembert, une île flottante, le compte-rendu d’un débriefing d’intellos russophiles, un verre de Schlichte, une limace à croquer, une plume de pivert pour orner mon Stetson ?

Le camembert me regarde. Il a l’oeil d’un prophète qui ne ferait jamais la fête, un peu comme moi, ce soir, face à lui. Non que sa présence me soit désagréable, non.

Mais qu’est-ce qu’il pue !

AK Pô

(écrit en janvier 2013)

smileyImage

photo : ma copine, entre Aubisque et col du Soulor

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :