Vie et mort de Jean Chalosse, moutonnier des Landes

Voici un récit qui, hors du temps, m’a profondément touché. Je n’ai pas du tout l’âme régionaliste, et les patois sont pour moi devenus des légendes, qui s’expriment encore et font le bonheur de quelques initiés. Engloutis sous les anglicismes et les expressions babelliennes de discours uniques, perdus dans notre langue et nos habitudes, nous accédons à un langage unique que plus personne finit par vraiment comprendre (SUV, Air and be, Uber, etc). La mémoire se perd entre GSM, (portables en France), numéros à dix chiffres oubliés car stockés dans ces appareils « ouverts sur le monde «  et fermés aux individus, les infos qui dégoulinent et ces blogs dont je suis qui font sourire quelques minutes et se referment sur une nouvelle vague d’ »intérêts » sur laquelle il faut surfer pour survivre, mais survivre à quelle vie ?

Alors, on ouvre ce livre de Roger Boussinot. Et la magie s’opère dès les premières lignes. Ensuite, le déroulé de cet homme, Jean dit le Chalosse, nous mène sur des chemins magnifiquement racontés, sur une vie entière, austère et poétique, en moins de 170 pages, la vie d’un homme…qui gardait les moutons, juché sur ses échasses, comme il était de coutume dans les Landes jusqu’au début du XXème siècle. Le bouquin raconte la vie de cet homme, analphabète, solaire, qui vit sa vie de berger sans se poser de questions, sans égoïsme, sans la moindre idée de l’argent, qui mène son troupeau de brebis, ses béliers, son âne et ses deux chiens entre la plaine des Landes et les estives des Pyrénées… Ce que la vie de cet homme nous raconte, c’est, quelque part, la nôtre, bien des décennies plus tard, que l’on soit bourgeois des villes ou paysans des campagnes.

Car la vie de l’époque est devenue celle d’aujourd’hui : les provinciaux ne parlent plus patois pour rigoler entre eux et ceux qui sont montés à la « capitale » ont délibérement perdu leur accent. La mémoire se perd, on articule mieux les syllabes en anglais que les roulis de bouche du Sud, les voix de gorge du Nord, et de ventre du Jura. On parle pour oublier ce que l’on tait, comme s’il fallait dissimuler une certaine honte de n’être pas d’ici (Issy, les moulineaux!). Ainsi chacun lisse son parler comme sa vie, et l’unique que l’on est devient unicité dans le costume et la façon d’être. Il est trop tard désormais pour se différencier les uns des autres, le monde étant devenu un moule dont chacun d’entre nous est la représentation, même si peu de gens en réchappent, qui sont eux-mêmes des images dans lesquelles on les enferme.

Ainsi dans ce roman, Jean de Chalosse reste bien un héros hors du temps, qui n’appartient à personne, un fantomatique moutonnier que l’on voit passer, au fil des saisons, tantôt vers l’océan, tantôt vers la montagne, à l’automne vers la plaine. Mais aussi vers un destin tragique, très bien raconté, méthodiquement écrit, scrupuleusement décrit. Peut-être, je le reconnais, suis-je particulièrement touché par ce livre du fait que je connaisse la région, mais cette histoire, comme celle de tous les bergers, quelle que soit leur contrée, reste universellement mémorable.

S’il se trouve ne serait-ce (ce qui est déjà bien) qu’un seul lecteur (trice), je recommande fortement de ne lire la préface de Jean Tucoo-Chala (que l’on voit dans le lien ci-dessous, jeune) qu’après avoir lu le livre.

Notes : l’INA propose les 4 épisodes tirées du roman (j’ai eu la pub il y a moins d’une semaine) un feuilleton réalisé dans les années 80. Mais on peut les trouver sur You Tube , sachant que rien ne remplace l’ « écrit », par rapport à l’ « image ».

http://www.ina.fr/video/RBC08061453/bordeaux-itineraire-de-jean-chalosse-video.html

Le bouquin :
Vie et mort de Jean Chalosse
moutonnier des Landes

éditions CAIRN 2017
29 rue Carrerot
64000 Pau

0559 2745 61

imprimé en France (31)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :