Goûte-moi !

Goûte, goûte moi, comme on lèche une plaie, respire mes hanches, bois mes aisselles comme nos corps sous la couette ruissellent de lueurs, comme nos caresses trahissent chaque dimanche l’amertume des réveils laborieux, tartine mes lèvres de baisers pur beurre, fais-moi fondre, fais-moi fondre jusqu’à confondre les monts, Parnasse, Vénus, salive sur le chemin de mes vallons intimes, sois beau dans la tendresse, sois l’abandon qui peu à peu ruinera l’avenir de ses mains contagieuses, sois moi, lèche ma peau, sale ma chair poivrée, conserve le parcours de toutes ces rondeurs où tes doigts ont erré, où ton sexe s’est plu à pleuvoir sur l’ombre endeuillée des nuits solitaires, déguste ces mouvements intimes offerts sur la courbure des reins, sois le silence de la mer et l’amour de l’écume, sois vagues et rides caressant les côtes submersibles de ton souffle amoureux, sur mes seins durs et ronds comme galets roulés, goûte-moi et oublie qu’un soir la nuit tomba et qu’un village entier tira sur le sentier ton corps dépossédé. Tu avais sous le cou une entaille, une plaie ouverte que le sel de la vie, avant de te quitter, avait séché au vent tiède et voyou d’un mari jaloux. Mais tu m’avais goûté, saveur unique, parfums intimes, et sur le lit où tu es allongé, propre, bien habillé, lavé, raide et rasé de frais, passent amis et connaissances, et toi, tu dors,

paisiblement.

AK Pô

27 11 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :