Casaques jaunes, cosaques sombres

Mon cheval m’a quitté. La raison ? Je ne suis plus sa plus belle conquête. Mon cheval se la pète, mais je me suis promis de lui envoyer la facture. Car moi-aussi, j’ai des comptes à lui demander, vu qu’il ne veut pas me les rendre. Pourquoi, par exemple, quand je l’envoie faire les courses ne me rend-t’il pas la monnaie ? Pour seule réponse il me répond qu’il est arrivé dernier et que pour noyer sa peine, lui qui est fort attaché à ses principes, il est allé s’abreuver chez Michel, le bar tabac PMU du coin, où il a perdu tous ses paris, y compris le billet gagnant qu’un autre cheval lui avait donné pour me rembourser ses galopades inconsidérées. Ce cheval, c’est ma bataille, cela fait des années que l’herbe des prés se racornit dans les champs mais que les broutilles ont investi le pré où il paresse, l’œil rivé sur l’ânesse que je lui ai apportée pour lui tenir compagnie. En deux mots, non content de m’avoir gaiement cocufié, il hennit sur tous les hippodromes qu’il ne m’aime plus, que je ne vaux pas le son ni l’avoine que je lui ai offerts durant des années, que la fortune que j’ai faite naguère en le faisant courir ne se trouvera plus désormais sous son sabot, que je n’ai plus qu’à aller jouer aux cartes dans un casino, et que si je veux de nouveau conquérir le monde je n’ai qu’à m’inscrire sur un site à atomes crochus, on y rencontre paraît-il de belles juments de Przewalski venues de Tchernobyl. Mais moi, je suis de la vieille école. Je préfère choisir sans l’aval de quelque escroc équidé, donc, je fais la foire, je fais même plein de foires. C’est là que j’ai rencontré un beau cheval vapeur, en fait une jument verte sortie des écuries de Marcel Aymé : le coup de foudre. Plus de son ni d’avoine, juste un plein d’électricité mélangé au gas-oil, cet alcool qui allonge les soirées et qu’au matin on traîne comme une longe dans un manège, tout en menant sa carrière avec l’allant d’une gueule de bois. Une sexualité qui marche à l’amble, deux jambes en l’air d’un côté, deux sur le matelas. Mais la coquine a très vite trouvé un compromis, me demandant de porter une casaque jaune pour que nous puissions steeple chaser en toute égalité, autrement dit nous envoyer en l’air dans un parfait accord d’égalité. J’ai refusé, dans un geste chevaleresque. N’importe quel jockey aurait fait de même.

Je découvris alors que cette jument était une perverse, qu’elle avait un amant, un cheval de Troyes qu’elle rejoignait à l’aube, un certain François Baroin qui ne faisait pas de barouf quant à leurs amours secrètes, ne mélangeant pas cheval de fer cheval d’acier avec Johnny Essence et Halliday Gas-oil, andouillette et andouille, bref un drôle de zigoto avec qui nous aurions fini par faire ménage à trois, dont un qui dort dans le foin de l’écurie, non mais quelle incurie pour un homme comme moi, qui roulait en deux chevaux dans les années soixante et que l’on voudrait reléguer au stade de taxé, pardon, de taxi uberisé, le klaxon hennissant avec dans les gencives un mors aux dents retors, ruant dans les brancards avec mon smartphone à 300 euros, celui de ma femme (un peu moins cher, bien entendu), les tablettes des enfants, mes abonnements Netflix, Canal+, la bagnole 4×4, SUV et machin truc que je change tous les deux ans, ma télé à écran plat de 123 cm (ah non, ça c’est pour la chambre des gosses), les vacances à Disneyland, les séjours en Thaïlande, les cures de thalasso, les crédits conso cuisine etc, l’ emprunt sur 30 ans…

En fait, si mon cheval m’a quitté, ce n’est pas parce que je ne suis plus sa plus belle conquête. Je pense, ce soir, que j’étais trop à cheval sur des principes qui n’étaient pas les siens. Le son et l’avoine d’un côté, le bruit et la fureur de l’autre.

AK

17 11 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :