2019: l’Avenir, ta mère!

Depuis que ma mère n’a plus le droit de lire Tintin, elle déprime. Cela fait maintenant vingt deux ans. J’atteins moi-même la limite d’âge, concernant ce magazine. Donc ce matin, j’appelle Rillette (elle se prénomme Henriette) avec le porte-voix (la maison est petite mais Rillette est sourde), et lui crie aux oreilles: » fini de ronchonner, je vais te connecter! » et je lui présente un énorme écran plat. C’est un ordinateur, plein de gigabits. Ma mère tressaute: où donc as-tu appris ces mots, mon garçon? Connecter, ordinateur, giga bite. Ah si ton père t’entendait, il te mettrait une bonne raclée!

Bien sûr, je dois lui expliquer que le monde a évolué depuis sa dernière sieste, que la République(*) est devenu un journal et les Basses Pyrénées ont les pieds dans l’Atlantique. Mais j’évite d’utiliser l’expression surfer sur internet, ou fumer un pétard ( ah té, ces jeunes, quelle idée de fumer des feux d’artifice!), ou instaurer un climat de confiance , résorber la dette (je t’avais dit de ne pas acheter ces meubles en mica!). Bref, je lui annonce gentiment, avec délicatesse, entre un pot de miel et une galette, que je viens de nous abonner au Canard à Plumes, afin de nous distraire devant la soupe aux choux.

Rillette me sourit: toi, mon Milou, tu te cherches une femme, une paloise! mais que vient faire le courant plumitif dans ton affaire? Mais non mamie, la revue à laquelle je nous abonne c’est comme le chasseur français que tu lisais jeunette, là où tu as rencontré papa qui était à la guerre. Sauf que moi, je lis ce magazine pour tout ce qui se dit sur la mode, les potins, les festivités, les déclarations des starlettes locales, les boursicotages industrieux, le commerce des chambres consulaires, les trains de vie en ligne qui déraillent, enfin tout ce qu’un professeur Tournesol doit savoir des mœurs, us et coutumes des belles indigènes qui paradent sur le boulevard.

Un quart d’heure suffit pour mettre l’ancêtre face à l’écran. Qu’est-ce que ça brille! Et ça, c’est quoi? C’est un clavier, tu tapes n’importe quoi dessus et plein d’images apparaissent : des lapins, des légumes, des crédits bonifiés, des têtes de lard et des cochons pas toujours dodus. Tiens, essaie!

Elle tape: ezrfqdsrsedf. Google Earth se déclenche, la planète tournique et grossit à vue d’œil. Prise de panique, Rillette hurle: arrête-moi ça!

Alors, pernicieusement, je lui hurle aux oreilles: pour éteindre, tu dois prendre la souris.

Ma mère a une peur bleue des souris.

Et moi je suis un mauvais fils. Mais comment faire autrement pour qu’elle ne squatte pas l’ordi du soir au matin, maintenant que j’ai éveillé chez elle une mise en veille permanente sur l’actualité, et qu’elle n’intervienne sur les forums facebouquins bourrés de gilets jaunes et de chinois verts avec ses ezrfqdsrsedf?

Car je dois l’avouer, un numéro cent du Canard se doit d’être Haddock. N’en déplaise aux Dupond Dupont. Et pour les vieux, ce sera une  nouvelle et dernière fois Tintin.

AK Pô

09 10 09 (repris le 29 12 18)

(*) la République des Pyrénées, journal local.

Patachon, black en white

Un commentaire sur “2019: l’Avenir, ta mère!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :