Le mardi, c’est poésie : Louis Aragon (« les trois Pâques de l’année »)

les trois Pâques de l’année

A la première Pâque il fleurit des lilas

La terre est toute verte oublieuse d’hiver

Tout le ciel est dans l’herbe et se voit à l’envers

A la première Pâque

 

A la Pâque d’été j’ai perdu mon latin

Il fait si bon dormir dans l’abri d’or des meules

Quand le jour brûle bien la paille des éteules

A la Pâque d’été

 

A la Pâque d’hiver il soufflait un grand vent

Ouvrez ouvrez la porte à ces enfants de glace

Mais les feux sont éteints où vous prendriez place

A la Pâque d’hiver

 

Trois Pâques ont passé revient le Nouvel An

C’est à chacun son tour cueillir les perce-neige

L’orgue tourne aux chevaux la chanson du manège

Trois Pâques ont passé

 

Revient le Nouvel An qui porte un tablier

Comme un grand champ semé des neuves violettes

Et la feuille verdit sur la forêt squelette

Revient le Nouvel An

 

Saisons de mon pays variables saisons

Qu’est-ce que cela fait si ce n’est plus moi-même

Qui sur les murs écris le nom de ceux que j’aime

Saisons de mon pays

 

Saisons belles saisons

 

Louis Aragon

Le Nouveau Crève-Cœur

poésie Gallimard

 

Un commentaire sur “Le mardi, c’est poésie : Louis Aragon (« les trois Pâques de l’année »)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :