Architectures du XXè siècle : La Grande Motte (architecte: Jean Balladur)

La Grande Motte, surgie d’un marécage dans les années 60/70 présente une architecture assez datée mais finalement pas désagréable avec ses espaces et voies boisées. L’architecte Jean Balladur en est le principal maître d’œuvre. Finalement, cette station balnéaire qui a plus de cinquante ans vieillit bien (les goûts et les couleurs…). Nous y avons fait un saut durant quelques heures,,Chinette vêtue d’une robe de chez André Courrèges, qui cliquetait au vent.

Extrait de wikipédia :  »

Le territoire actuel de la Grande-Motte est une ancienne partie de la commune de Mauguio ; à l’époque, ce territoire était une zone naturelle inhabitée car occupée par un marécage impropre à l’urbanisation, isolé des villages alentour par l’étang de l’Or.

À partir des années 1960 et de la mission Racine, la Grande-Motte devient une station balnéaire créée ex nihilo avec port de plaisance, immeubles, campings… L’objectif était de détourner les touristes des destinations espagnoles de l’époque. À la Grande-Motte, l’architecte Jean Balladur rompt avec la tradition de l’architecture pittoresque des villes balnéaires qui privilégie le palace de luxe et le Grand Hôtel, la promenade du bord de mer bordée de palmiers, le casino ou les thermes pour une clientèle aisée qui y prolonge sa saison mondaine (en).

Le projet de Jean Balladur est très décrié à l’époque car, répondant à la démocratisation du tourisme de masse, il crée des terrains de sports, un palais des congrès, des commerces, une plage bordée d’un simple chemin piéton, un plan de desserte des plages en peigne, des façades perpendiculaires au littoral, éliminant la hiérarchie entre les appartements avec vues et les logements mal exposés. Son œuvre est surtout marquée par les immeubles de type ziggourat rappelant les pyramides précolombiennes (inspirés en particulier par les célèbres pyramides de Teotihuacán, au Mexique) et les architectures modernes du Brésil qu’il a visitées. L’objectif de ces pyramides à 60° est de fournir des points de vue différent à chaque habitant qui dispose de balcon et terrasse à chaque étage et de réaliser une transition douce entre le littoral et la chaîne montagneuse des Cévennes. Grâce à cette réalisation architecturale, la ville a reçu le label « Patrimoine du xxe siècle » le 3.

Amusant : la comparaison avec le projet (abandonné) de la plage des Basques à Biarritz, dans le même style mais pas du tout le même contexte! A retrouver sur le site BiarritzMania

 

article de l’eau, de la terre et du vent

https://www.ina.fr/video/CAF93027317

Retour en images à La Grande Motte :

 

2 commentaires sur “Architectures du XXè siècle : La Grande Motte (architecte: Jean Balladur)

  1. « Je suis comme une truie qui doute » écrivait Claude Duneton dans les années 70.
    Je doute et n’arrive pas à me décider entre monstruosité et splendide réussite architecturale. Les deux Peut-être ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :