Jean Dubois, Lola etc

Le loup sortit du bois

Précisément quand

Jean Dubois quitta

Les cuisses de Lola

Ce soir-là il faisait froid

Raison pour laquelle

Le loup sortit, en quête

D’un feu de cheminée ardent

Comme animées étaient les cuisses

De Lola son corps de braise

Grésillait du creux des omoplates

Aux rives du bassin, feux et flammes

Que le loup famélique léchait.

Du regard.

Hélas, sur le triste oreiller

Où grillaient ses oreilles

Le Diable se reposait.

Il fit de Jean Dubois un cocu

Que l’Enfer emporta

Mais il garda les cornes

Le Diable est très malin

Il lui en fallait une feuilletée d’or

Pour Istanboul et le Bosphore,

Quand l’autre erdoganait

La destinée immonde

D’un puissant de ce monde

Flatulant sous sa blonde tignasse.

Face aux flammes qui dansaient

Et brûlaient ses rétines

Le loup, petit bonhomme, mon loup,

Venu de nulle part

Surveillé de partout

Retourna dans les bois

Et se fit oublier

Emportant avec lui un des bras

De Jean Dubois.

Quant aux cuisses de Lola,

Si vous le voulez savoir,

Le Diable n’en fit rien.

Peut-être est-ce pour cela

Que dans vos lits elles dansent encore

Chaudes comme un feu de bois.

18 11 2019 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :