un vieux diable entre noir et blanc

Diable servile qui vend aux filles des jupons frais

Que la jeunesse soulève enchante et fait rire

Sache que l’encre de ma plume trempe dans la farine

Pour mieux décrire mes nuits les tiennes, la nôtre,

Sache qu’aux chiffons secs la noirceur d’un tableau

N’est jamais l ‘abandon des traces d’une craie,

Que sur le fil fragile d’un cheveu qui blanchit

La jeunesse construit ses dernières lueurs,

Telle une blanche et infranchissable ligne tracée sur le macadam

Ce soir encore diable servile j’écraserai ton nez dans la farine

Entre les jambes blanches des filles aux jupons frais

Dans l’infinie jeunesse abandonnée des dieux je blanchirai ta nuit.

01 01 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :