les mardis de la poésie : Kamal Zerdoumi (1953-…)

À ma mère

Lorsque dans l’espace tout s’éteint
ma mémoire ranime
la chaleur de ton corps
immobile
et ton sourire divin
Ma tendresse aux yeux verts
Mon élixir dans mes enfers
reviens ô ma mère
Je saurai t’accueillir
en faisant de ta présence
la raison de mon existence
et mon suprême divertissement
Lorsque dans mon être
se déploie le chagrin
et de ténèbres colore mes jours
Je redeviens l’enfant d’hier
sourd au silence du cimetière
que tu prendras
par la main

Kamal Zerdoumi, 2018

tiré du site :https://www.poetica.fr/biographie-kamal-zerdoumi/

Arbres

Stoïques
ils se laissent dépouiller
par l’automne
et restent dignes
malgré la chute
des feuilles
Leur deuil
silencieux
se drape d’une toge
de candeur
lorsque vient l’hiver
leur embaumeur
Pourtant la sève
persévère
et circule
Sa foi en le printemps
ne tarde pas à porter ses fruits
En été arbres vous devenez
des oasis d’ombre
Et votre silence parfois est traversé
des bruits de la vie
Ayons votre passion sédentaire
et vos rêves nomades
mystérieuses présences
de bois
artisans
de la vraie sagesse

kamal Zerdoumi, 2019

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :