les mardis de la poésie : Max Elskamp (1862-1931)

 

Celle du mardi

Et mardi, ce sont les batistes
Et les linges dans tous les coins
Des maisons comme des jardins,
Et mardi, voici les batistes,

Et les vieilles gens égoïstes,
Faisant taire à chaque refrain
Les servantes, le cœur au loin,
Dans les chansons qui les assistent.

Mais paix et joies aux rouges mains,
C’est mardi blanc comme les anges,
Et dans les toiles et les langes
Lors paix et joies aux rouges mains,

Puis gloire à vous, sainte
Blandine
Descendue chez les serviteurs,
Puis gloire à vous, sainte
Blandine
En aide douce à leur labeur,

C’est mardi, c’est votre conquête,
Aux fenêtres, blancs les rideaux,
Comme aussi les armoires nettes
Et fleurant bon les draps nouveaux.

Max Elskamp

tiré du site : https://www.poemes.co/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Elskamp

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :