J’en ai marre, marabout, bout d’ficelle, selle de cheval…

J’en ai marre des pubs pour les bagnoles, des SUV des Cross over, des Hybrides et des électriques avec la location de la batterie incluse dans le prix, non seulement elles coûtent un pognon dingue (les modèles qu’on voit en boucle rouler sur le petit écran), elles ont des noms à la noix (T-fuss, Ko-Léra, Var-Yol, etc) ou des acronymes insondables, et surtout j’ai cette impression qu’on liquide les stocks quand, en 2040, tout ce qui est diesel ou essence ne sera plus admis partout en France, voire en Europe. Temps de vie d’une bagnole, contrôles techniques à l’appui ?  A quoi riment les réductions et autres bonus écologiques, primes à la conversion, malus écolos à 0%, éco-reprises déduits du prix d’achat, réductions toujours incluses dans les tarifs à partir de… Oh, j’imagine aussi lors des grands départs en vacances, les aires d’autoroute avec leurs prises génératrices de courant (30 minutes de rechargement) assiégées par les vacanciers qui n’ont qu’une hâte, filer sur la côte l’été, la montagne l’hiver…Et puis, y aura-t’il encore des voitures en 2040, que fera-t’on de toutes ces carcasses laissées à l’abandon au bord des routes…

J’en ai marabout de toutes ces pubs pour maigrir, qui se jettent sur nous comme des requins affamés. Pour en citer quelques uns : le fléau publicitaire comme j’aime, Diet bon, W&W (ex weight watchers), les comprimés amaigrissants, les gélules (anaca3, gingembre etc) les régimes brûle-graisse, les produits qui réduisent la cellulite, bref toutes ces pubs qui s’incrustent toutes les vingt minutes dans les chaînes des télés privées, attelées aux pizzas, burgers, livraisons Deliveroo, qui nous maraboutent l’appétit et font fuir le poulet-bicyclette sans OGM du dimanche avec ses frites Bintjes (deux bains de cuisson, une à 150 puis l’autre rapide à 180°pour les dorer à point). Et tous ces marchands de vent se la pètent en nous garantissant des résultats vérifiés par on ne sait quels huissiers et organismes pseudo scientifiques. Bref, on s’en tape le coquillard, mais ça marche pour eux, financièrement, ce qui est bien l’essentiel. Quand on voit la multitude de spots publicitaires (signe d’une concurrence acharnée, idem pour le secteur de l’automobile), on imagine le budget monstrueux (sans dire gros) que tous ces placards, ces affichages télévisuels nécessitent pour nourrir les gens d’illusions et faire d’excellents profits. C’est de la gogo-succion (de pognon).

Je suis à bout, de ficelle, fatigué du bilinguisme oppressant de toutes ces marques (cosmétiques, véhicules, téléphonie) qui filent leur jus de socquettes dans notre vocabulaire, café insipide tel qu’il s’en boit aux States ou dans les tea shop anglais en attendant l’ouverture du pub. Si tu ne parles pas anglais, apprends la langue par la publicité. En Italie, dans les pubs le tu primait (ti piace?), en Espagne le tu et le Usted, avec l’anglais plus de barrière c’est du you. Bon, la question ne réside qu’en un point : la systémisation du langage. Pourquoi pas des slogans en breton, basque, corse ou alsacien pour vendre les produits made in France en métropole -pour les ventes à l’étranger, on traduit- ? Bon, d’accord, les quatre sus-cités vont renâcler, disant on veut l’indépendance. Comme les îles anglo-normandes : des noms de rues et de lieux en français, mais la langue anglaise. Well well well !

Sur ce dernier point, mister K., votre discours ne vaut pas tripette. Nous savons tous que votre ignorance de cette belle langue qu’est l’anglais vous rend jaloux, pour une raison simple : vous aimez les Pogues et leur sublime chanson, Dirty old town, mais vous ne comprenez pas les paroles. Echec scolaire indubitable.

Nous avons pour vous une excellente promotion : une selle de cheval. Ayant appartenue à Attila (dit Steack Tartare). Grâce à la réduction accordée à nos meilleurs et fidèles clients, le cheval est à moitié prix, mais nous garantissons également que celui-ci vous ménera jusqu’en Mongolie. Bonus écologique oblige. Le cheval s’appelle Rossinante. Il ne parle que l’espagnol (de la Mancha). Bon voyage, mister K ! et bon débarras !

19 01 2020

AK

Bon, je vais plutôt aller me requinquer avec un caribou, tabarnak!

12 commentaires sur “J’en ai marre, marabout, bout d’ficelle, selle de cheval…

  1. Excellente analyse, que je partage.
    Nous sommes constamment sollicités, en plus on nous prends pour des demeurés, enfin certaines pub sont clairement une insulte à l’intelligence des gens.
    Je doute de leur efficacité réelles, car elles ont sur moi un effet complètement répulsif. Je me dis que je ne dois pas être le seul à être écoeuré des pubs. Y a t’il encore des gens qui ne se sentent pas manipulés par les pubs à répétition?
    Que de pognon gaspillé dans l’unique objectif d’en faire gaspiller encore davantage par le consommateur crédule.
    Et le harcèlement(il n’y a pas d’autres termes) que nous subissons depuis des mois pour que nous fassions isoler notre maison, soi disant au frais de l’Etat, de qui se moque t’on? Si c’était vraiment une affaire, tout le monde se jetterais dessus, et ils n’auraient pas besoins d’en faire la moindre promotion. Au lieu de ça, 2 à 3 démarchages téléphoniques quotidiens. C’est fou!
    Peut-être que c’est pour cette raison qu’une baisse de la consommation à été observée en France ces 2 dernières années. Les gens sont ils en train de réaliser qu’on leur force la main? ou plus probablement ont ils réalisés que le compte bancaire ne peut plus suivre?

    Amicalement
    Benjamin

    Aimé par 1 personne

  2. Et la bécasse de trivago qui la ramène en permanence, tu l’as oubliée ? Je suis épuisée de ces pubs dont je ne peux croire que des gogos les gobent encore ! ou alors, on est vraiment un pays de crétins de haut vol ! je dis bien : de haut-vol, question de surpasser au moins nos voisin en quelque chose.
    Ton billet m’a amusée, moins les sujets je j’ excrète autant que toi et d’autres ici.
    Un coup de gueule ça soulage, hein ? mais seulement quelques minutes, dommage…

    Aimé par 3 personnes

  3. Sur ta selle haute en tiques ayant appartenu à Attila, tu chevauches sur ton chval de course, avant que de te lancer dans une course à pied pour pourfendre les moulins à vents des réclamiers. Et pour te nourrir français, tu prendras bien un pied de cochon, mais garanti cochon de ferme, avant que l’industrie réclamière ne te demande de fermer ta bouche, qui gène le remplissage de leurs bouches d’égout pleines de ses produits…
    Bonne journée, Mister K.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :