un conte qui coule de source : le coq et le renard.

L’aube approche. Le renard tourne en cercles concentriques autour de la ferme, du poulailler, c’est l’heure cruciale pour lui d’alpaguer quelques poules. Il sent les plumes frémissantes qui se dandinent dans leur nid de paille, mais il sait qu’il lui faut agir vite, avant que le coq ne se mette à chanter. Comme les cloches sonnent le tocsin. Il connaît bien cet adversaire, qui a combattu au Pakistan, en Indonésie et dans tous les quartiers des villes du quart monde, toujours vainqueur, invincible, remportant tous les prix lors de combats sanglants. Du moins, c’est la légende qui se raconte dans les basses cours. Mais on n’ergote pas face à un tel rebut de la société, sait bien le renard. Le coq est fier et le renard rusé. Maintenant, il faut le prouver. Nouveau cercle, autour du poulailler, museau planté dans la clôture : les chipies dorment encore, le gaulois ronfle.

Le renard ne regarde pas sa montre. Il lit dans la dernière étoile son heure venue. Il gratte le sol, la clôture il l’a vue, posée par un vieillard qu’il aimait bien, mais il a faim de poules et d’œufs à la coque : c’est un bourgeois. Le coq n’est qu’une arrogance de peuple cousue sur un maillot, alors le goupil creuse et passe , repère le trône du polygame, l’évite et saute au cou d’une poulette qui n’attend à vrai dire que son baiser. Il lui glisse à l’oreille « quand tu seras plus grande, je t’offrirai des dents », et la poulette succombe ; dans le lointain, l’angélus du matin résonne sur la campagne. Maigre repas, songe le renard, mais savoureux !

Il se glisse sous la clôture, file dans les sous-bois avec sa conquête, tandis que le coq en comptant ses ouailles poulaillères, déclare la mobilisation générale : mes poules, nous sommes en guerre ! Hélas, un chat a ratiboisé une tourterelle dans la nuit et les premiers asticots naissent avec la même aube. Alimentaire mon cher Watson. Elles se précipitent et se battent sur le volatile dont le chat n’a mangé que le cœur et quelques tripes. Le coq a beau chanter, le monde a changé. Toutes les poules lui réclament un dentier remboursé par les œufs pondus et les poussins non désirés, une charte qui autoriserait les poules à se marier entre elles, et pourquoi pas, d’aimer les renards, ainsi que de nombreuses choses qui leur permettraient de ne rentrer au poulailler qu’à l’aube (par exemple).

Entre temps, le renard et la poulette se retrouvent malgré eux coincés dans la logique des hommes. L’un veut croquer l’autre, mais si l’histoire dure, je vais mourir de faim, songe le renard. De fait, il léchouille sa poulette, ensemble jouent la fin du monde dans le terrier connecté aux plus folles idées que le béton ne générera jamais.

Le coq, en bon gaulois, se confine à son tour dans le poulailler. Mais les poules peu à peu qui, si auparavant étaient plutôt cocottes se mettent à comploter. Elles pondent des œufs carrés, cherchent la quadrature du cercle, les bijoux de Villani dont elles picorent le discours. Elles pérorent sur le sens de la vie, et le leur visiblement ne les satisfait plus. Un coq pour chacune et pas toutes pour un. Nos coquilles brisées contre l’intrusion des limaces dans le potager, d’accord, mais vous nous rémunérez en vers de terre poétiques et grains de maïs lunaires. Pauvre coq, dépassé par ses plus fidèles troupes, ne sait que leur annoncer. Puis lui vient la phrase qui fait mouche : ce n’est pas de ma faute, c’est celle du renard !

Je ne sais pas combien, dans votre vie, vous avez entendu rire de poules, mais elles avaient toutes au bec d’éclatantes dents offertes par renard !

27 05 2020

AK

5 commentaires sur “un conte qui coule de source : le coq et le renard.

    • je connais ce dessinateur, mais il va falloir que je me remette à lire des BD (dans le sens large du terme). C’est un monde que j’ai de vue, c’est regrettable ! mais je me vengerai (chez Dargaud ou Futuropolis!). Merci pour Ronald, qui a eu au moins la chance de ne naître pas Donald!😁

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :