Les mardis de la poésie : Sylvia Plath (1932-1963)

Dame Lazare

Je l’ai encore refait
un an parmi dix
j’y suis arrivée

comme un miracle ambulant, ma peau
brillante comme un abat-jour de nazi
mon pied droit

un presse-papiers
mon linge juif,
sans caractère, magnifique

serviette enlevée
o mon ennemi,
est-ce que je fais si peur?

le nez, les orbites des yeux, toute la denture ?
le souffle aigre
s’évaporera en un seul jour.

Bientôt, bientôt la chair
le trou de la tombe sera mon chez moi sur moi
et m’aura mangée

Et je suis une femme tout sourire
je n’ai que trente ans.
Mourir
Est un art, comme tout le reste.
Je le fais vraiment très bien.

Je le fais si bien que cela ressemble à l’enfer
je le fais si bien que cela semble réel
j’imagine que vous puissiez dire elle a un appel.

C’est suffisamment facile de le faire dans une cellule
C’est suffisamment facile de le faire et de rester sur place.
C’est le théâtral

retour en scène dans le vaste jour
à la même place, avec le même visage, le même cri
amusé et brutal :

« Un miracle ! »
Cela me met K.O.
Il y a une plainte

pour mes cicatrices béantes, il y a une plainte
pour l’audition de mon cœur –
cela ira au bout.

et il y a une plainte, une très importante plainte
pour un mot ou un contact
Ou une goutte de sang

ou une parcelle de mes cheveux sur mes vêtements.
Et oui, et oui, Herr Doktor,
et oui, seigneur ennemi.

Je suis ton opus,
je suis ton objet précieux
le bébé en or pur

qui hurle en fondant en un cri perçant
je me tourne et je brûle.
Ne crois donc pas que je sous-estime ta grande préoccupation.

Cendre, cendre –
tu as fouiné et remué.
Chair, os, il n’y a rien ici –

un gâteau de savon
un anneau de mariage,
un plombage en or.

Seigneur Dieu, seigneur Lucifer
fais gaffe
fais gaffe.

Jaillissant de mes cendres
je m’élève avec mes cheveux rouges
et je bouffe les hommes comme l’air.

 

tiré du site : https://www.poemes.co/sylvia-plath.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvia_Plath

 

3 commentaires sur “Les mardis de la poésie : Sylvia Plath (1932-1963)

    • panne de jus toute la journée (travaux Enedis dans ma rue), donc réponse tardive.
      « Le cri » aurait bien convenu en effet (mais je mets 98% de mes propres photos sur ce site -sauf aujourd’hui- et je n’ai pas Munch en stock, dommage!)

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :