les mardis de la poésie : Shizue Ogawa (1947- …)

L’arbre en colère
 
Près des rails il y avait un arbre en colère
qui portait des excroissances tumorales sur son tronc.
L’arbre était là à écouter les trains,
ses branches, courbées en forme de coude, pointaient leurs ongles vers le ciel.
Chaque articulation était pleine de colère
dans le champ printanier d’astragales de Chine
à côté d’une route illusoire qui se prolongeait en arc-en-ciel.
 
Une lumière était réfléchie par la surface du champ.
Des rayons se projetaient dans les yeux.
L’arbre en colère était solitaire
dans le soleil printanier.
Il était là sans donner ni bourgeons,
ni pousses, ni fleurs.
Des globules ronds de sève sortaient des excroissances.
Les branches noires pendant à angles aigus
révélaient le pouvoir de l’arbre.
 
Ah ! Le rêve ondoyant de l’arbre, comme des vagues de chaleur !
L’arbre ne souhaite pas toujours rester là en colère
et aborde tranquillement le jour à venir.

Forêt de Belgique, forêt de poètes 
 
Plantons des arbres dans la forêt de Belgique.
Plantons-en beaucoup, amis poètes.
Debout dans le vent, chantons nos chants.
Les peupliers sont des sopranos.
Les chênes, des basses.
 
Rassemblez-vous avec vos instruments et jouez.
Frappez tout
ce qui donne un son.
Poètes, tous.
Amis, tous.
 
Apportez le sol de vos pays.
J’apporterai l’eau de l’Asie,
et en la versant, nous nourrirons les arbres.
Dans la forêt de Belgique,
faisons pousser une luxuriante forêt de chant.
 
Les arbres en chantant étendent leurs branches au loin
et joignent les mains.
Poètes ! Regardez vers le ciel et chantez –
les chants de votre pays,
les chants forestiers de votre pays bien-aimé.

Note de l’auteur :
Ce poème a été composé après que Shizue Ogawa eut reçu une première invitation, régulièrement renouvelée, pour la Biennale Internationale de Poésie de Liège en 2005, en remerciement pour la Belgique.

poèmes issus du site :  (de nombreux poémes figurent sur le site)

https://www.larevuedesressources.org/Arbre-en-colere-arbre-attriste-arbre-aimant-ses-amis.html#forum6250

 

Shizue Ogawa

Née en 1947 au Hokkaido, Shizue Ogawa a fait des études d’anglais au Japon avant d’y devenir elle-même universitaire. Ses très beaux livres bilingues, Water – A Soul at Play (I), Flames, A Soul at Play (II) et Sound, A Soul at Play (III) parus entre 1999 et 2007 dans son pays, présentent, côté à côte avec les poèmes originaux japonais les traductions en anglais dont elle est la co-traductrice avec Donna Tamaki.
L’expression discrète de sentiments parfois puissants se double d’un sens profond de l’unité entre l’humain et le cosmos, les animaux, les plantes et même les pierres. La plupart de ses poèmes développent un humour joyeux qui conteste les approches toutes faites du réel. Sa thématique va d’une attention, d’une présence entière aux moments et aux incidents en apparence les plus anodins jusqu’à un absurde onirique, joyeux ou cauchemardesque ; réalisme et imaginaire se mêlant souvent dans le même poème.

in https://www.temporel.fr/_Shizue-Ogawa_

2 commentaires sur “les mardis de la poésie : Shizue Ogawa (1947- …)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :