Les mardis de la poésie : Margaret Atwood (1939-…)

Variations sur le mot amour

C’est un mot que nous utilisons pour boucher les
trous. C’est la bonne taille pour ces
blancs chauds dans le discours, pour ces
vacances en forme de cœur rouge sur la page qui ne ressemblent en rien
à de vrais cœurs. Ajoutez de la dentelle
et vous pourrez la vendre
. Nous l’insérons également dans le seul
espace vide du formulaire imprimé
sans instructions. Il y a des
magazines entiers avec peu de choses
mais le mot amour, vous pouvez le
frotter sur tout votre corps et vous
pouvez aussi cuisiner avec. Comment savons-nous que
ce n’est pas ce qui se passe dans les
débauches fraîches de limaces sous des
morceaux de carton humides ? Quant aux
semis de mauvaises herbes, leur nez leur museau dur
parmi les laitues, ils le crient.
L’amour! L’amour! chantent les soldats en levant
leurs couteaux étincelants en guise de salut.

Ensuite, il y a
nous deux . Ce mot
est bien trop court pour nous, il n’a que
quatre lettres, trop rares
pour remplir ces
vides profonds entre les étoiles
qui nous pressent avec leur surdité.
Ce n’est pas l’amour
dans lequel nous ne voulons pas tomber, mais cette peur.
ce mot ne suffit pas mais il faudra le
faire. C’est une
voyelle unique dans ce
silence métallique , une bouche qui dit
O encore et encore dans l’émerveillement
et la douleur, un souffle, une
prise de doigt sur une falaise. Vous pouvez
tenir bon ou lâcher prise.

Extrait:

  Margaret Atwood, née à Ottawa, est souvent surnommée « la grande dame des lettres canadiennes », figurant au panthéon de ses auteurs actuels et pressentie depuis plusieurs années pour le Prix Nobel de littérature. Elle est l’auteure d’une quarantaine de livres qui couvrent tous les genres littéraires : 14 romans, 9 recueils de nouvelles, 16 recueils de poèmes et 10 volumes de non-fiction, pour lesquels elle a obtenu une trentaine de prix littéraires, dont deux Booker Prizes (pour Le Tueur aveugle en 2000 puis Les Testaments en 2019).

On la connaît surtout pour son roman phare, la terrifiante dystopie La Servante écarlate, publiée en 1985 et propulsée au rang de phénomène mondial avec son adaptation en série par Bruce Miller en 2017.

6 commentaires sur “Les mardis de la poésie : Margaret Atwood (1939-…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :