les mardis de la poésie : Joseph Brodsky (1940-1996)

poème tiré du site : https://stihipoeta.ru/3789-oktyabrskaya-pesnya.html

J’ai toujours dit que le destin est un jeu …

J’ai toujours dit que le destin est un jeu.
Pourquoi avons-nous besoin de poisson, puisqu’il y a du caviar.
Que le style gothique gagnera, comme l’école,
comme la capacité de traîner sans se faire piquer.
Je suis assis près de la fenêtre. Aspen à l’extérieur de la fenêtre.
J’en ai adoré quelques-uns. Cependant, c’est fort.

Je croyais que la forêt n’était qu’une partie du journal.
Quelle est l’utilité de la vierge entière, s’il y a un genou.
Que, fatigué de la poussière soulevée par le siècle, l’
œil russe se posera sur la flèche estonienne.
Je suis assis près de la fenêtre. J’ai fait la vaisselle.
J’étais heureux ici et je ne le serai pas.

J’ai écrit que l’ampoule contient la terreur du sol.
Cet amour, en tant qu’acte, est dépourvu de verbe.
Ce qu’Euclide ne savait pas, qu’en descendant jusqu’au cône, la
chose acquiert non pas zéro, mais Chronos.
Je suis assis près de la fenêtre. Je me souviens de ma jeunesse.
Parfois je souris, parfois je crache.

J’ai dit que la feuille détruisait le rein.
Et que la graine, tombant dans un mauvais sol,
ne germe pas; qu’une prairie avec une clairière
est un exemple de masturbation, donnée dans Nature.
Je m’assois près de la fenêtre, étreignant mes genoux,
en compagnie de ma propre ombre lourde.

Ma chanson était sans motif,
mais elle ne peut pas être chantée en chœur. Il n’est pas étonnant
que
personne ne mette les pieds sur ses épaules en récompense d’un tel discours .
Je m’assois dans le noir; comme un rapide, la
mer gronde derrière le rideau ondulé.

Citoyen d’une époque de second ordre,
je reconnais fièrement
mes meilleures pensées comme des biens de second ordre , et
je les présente aux jours à venir comme une expérience de lutte contre l’asphyxie.
Je m’assois dans le noir. Et elle n’est pas pire
dans la pièce que l’obscurité à l’extérieur.

Auteur : Joseph Brodsky

En savoir plus sur l’auteur (pour les curieux) :https://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Brodsky

Page

source page ci-dessus : https://www.persee.fr/doc/cmr_0008-0160_1966_num_7_3_1678

La valise avec laquelle Brodsky a quitté son pays natal, le 4 juin 1972, transportant une machine à écrire, deux bouteilles de vodka et une collection de poèmes de John Donne – aujourd’hui exposée au musée Anna Akhmatova, Saint-Pétersbourg

source : Wikipédia

5 commentaires sur “les mardis de la poésie : Joseph Brodsky (1940-1996)

    • le second poème est bien plus lisible. Les traductions simultanées sont visiblement pleines d’erreurs mais comme je ne parle pas russe, j’avais envie d’évoquer ce poète prix Nobel de littérature en 1987.

      « En 1963, la poésie de Brodsky a été dénoncée par un journal de Leningrad comme « pornographique et antisoviétique « . Ses papiers ont été confisqués, il a été interrogé, placé deux fois dans un établissement psychiatrique [10] puis arrêté. Il a été accusé de parasitisme social [14] par les autorités soviétiques lors d’un procès en 1964, trouvant que sa série de petits boulots et son rôle de poète n’étaient pas une contribution suffisante à la société. [8] [15] Ils l’ont appelé « un pseudo-poète en pantalon de velours  » qui n’a pas rempli son « devoir constitutionnel de travailler honnêtement pour le bien de la patrie ». [dix]Le juge de première instance a demandé: « Qui vous a reconnu comme poète? Qui vous a inscrit dans les rangs des poètes? » – « Personne », répondit Brodsky, « Qui m’a inscrit dans les rangs de la race humaine? » [10] [16] Brodsky n’avait pas encore 24 ans. » (wikipedia)

      Aimé par 1 personne

      • Oui, il fallait du cran pour (sur)vivre dans ce genre de société.
        Hasard des blogues, mon prochain billet devrait être consacré à Prokofiev, qui a également eu maille à partir avec la censure soviétique, mais qui s’en est sorti (à quel prix ?)
        Bonne fin de journée, illustre Karougeovski.

        J'aime

    • je reconnais que le poème n’est pas très clair. Sans doute un problème de traduction russe-français. Le plus intéressant, c’est l’auteur lui-même…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :