Jupon et le vieux con

Je trouve ma petite chienne, Jupon, très en forme ces temps-ci. Est-ce le printemps, la fête foraine, ou les phéromones qui pollinisent l’air ambiant, je ne sais. Cependant, il est également possible qu’elle goût à l’apprentissage de ces petits numéros que je lui enseigne, comme sautiller sur une seule patte ou faire un saut périlleux arrière qui la conduit sur mes épaules. C’est spectaculaire, il faut l’admettre.Ce qui l’est moins, c’est que dans deux ans je serai à la retraite et que mes revenus ne suffiront pas à mener la vie agréable qui est la mienne, même si le travail demeure une corvée. C’est pour survivre que Jupon et moi nous sommes lancés dans les acrobaties canines artistiques de rue. Si jadis les gens regardaient avec crainte et bonhomie les montreurs d’ours faire danser l’animal enchaîné, nous avons une toute autre manière de faire rire les foules, et donc de fendre un peu leur porte-monnaie pour que s’en écoule la pièce nourricière. C’est un travail ardu qui demande rigueur et obstination, un côté un peu austère de la vie de tous les jours, et un grand respect entre les partenaires que Jupon et moi sommes.

Beaucoup disent et pensent qu’il faut un début à tout. Je ne le pense pas, ce n’est pas fondamental. Il suffit d’approcher de la fin, de la faim, pour se mettre à agir de manières différentes, souvent nécessairement différentes, et c’est alors que démarre la nouveauté, un peu comme quand, à un carrefour, on décide de prendre une route ou l’autre, et que cette route prise efface très rapidement le carrefour dès que l’on s’y engage. De même le voyageur affamé ira vers la cuisine d’où montent les meilleurs fumets. Mais l’invitera-t-on en hôte, ou en employé de maison ? Et la route prise depuis le carrefour sera-t-elle capable de nous mener loin, pour que nous l’oubliions, malgré les pannes et les accidents possibles ?

Il est seize heures.C’est l’heure de la promenade et des exercices. Aujourd’hui nous testons les premiers mouvements d’un salto arrière avec appui sur le platelage de l’assise d’un banc public. Le temps est clément ; Jupon a décidé de marquer au sol ses empreintes d’approche. Cela fait six mois que nous sommes en repérage, mais avec la venue du printemps, beaucoup d’autres athlètes tentent de nous damer le fion, et je sens que Jupon manque de concentration.Quoi qu’il en soit, ce n’est pas cette tortue de Michka, une chienne grasse et pleine d’arrogance, qui esbaudira les masses l’heure venue. Sa maîtresse lui ressemble et je n’aimerais pas qu’elle atterrisse sur mon dos.

C’est vrai que depuis l’automne, qui inaugura les prémices de cette formation, (ce dressage diraient les humanoïdes dissociés), les choses ont bien évolué. Jupon, avec une joie juvénile, bien que nous ayons le même âge, comme les chats et les clowns peuvent comparer leurs queues et leurs vies, a commencé à attraper les feuilles mortes qui jonchaient l’allée, une allée de platanes gigantesques aux feuilles énormes, étoiles marron clair sous la grisaille qu’un léger vent balayait, pas trop frisquet encore, mais qui sentait l’hiver et le vrombissement des ramasseurs de feuilles. Ah, ce geste élégant du balayeur que je vis très tôt un matin, de ma fenêtre… Jupon jappait, frétillait, coursait toutes ces feuilles avec frénésie. Puis elle revînt vers moi, une feuille verte entre les crocs : un billet de cent dollars presque neuf, encore un poil désencrageable sous le pouce humide. Un vrai dollar. C’est à cet instant que j’ai eu l’idée de faire des acrobaties avec Jupon. Le soir même nous signions un contrat moral entre nous. Nous partageâmes un osso bucco, qui n’avait été servi qu’à mon intention. Car il faut être magnanime face au destin, quand se prépare à soixante cinq ans une vie de chien.

La question s’est vite posée du comment présenterions-nous ce spectacle. Fallait-il un petit vêtement rigolo, chic, classe, ou carrément ringard pour enrober Jupon l’acrobate ? Devrais-je paraître en monsieur Loyal, en dresseur de fauve ou en vieux schnock sans moyen d’acheter un magazine à quinze euros ? Fallait-il un décor, un moindre apparat, une boutique genre joueur de bonneteau, une place où personne ne viendrait nous racketter, pourrions-nous, Jupon et moi, obtenir un statut d’intermittent du spectacle, et cela ne dégrèverait-il pas ma pension d’autant, serions nous adulés par les foules ou piétinés par les médias, la question s’est vite posée et a été plus encore rapidement réglée : on irait comme on était. Et on s’y est mis.

Comme je ne suis pas bon orateur, je cherche mes mots dans le tréfonds de mes poches ; Jupon et moi avons bourré Arrabal des Faubougs (mon ours en peluche) d’un petit magnéto, avec baffles et connexion directe à Face de Bouc et Twist tit whisky tango charlie. Avec une puce scotchée à l’oreille le mécanisme fonctionnait à merveille. Vidéo.Bien sûr, Jupon aurait pu parler directement aux spectateurs, c’est un aspect tout-à-fait crédible, mais cela n’aurait étonné personne. De même, le banc public aurait pu servir de première partie et raconter l’histoire de toutes les fesses qui s’étaient posées dessus. Tout est possible, mais personne n’écoute, c’est trop mélangé, la dernière fois que j’ai regardé la télé des prisonniers étaient surveillés par des robots. La pointe technologique : ils lisent le journal sur de la toile cirée, mec, tout glisse ! Alors, Arrabal, tu nous présentes ?

Branche la prise, Jupon.

Ouarf !

Déclic :

Arrabal des Faubourgs (à Etretat)

« Voici messieurs mesdames et élégantes demoiselles, le show le plus réel que vous n’avez jamais vu, et que vous ne reverrez plus ! (crouic crouic). En effet, nos artistes Jupon (applaudissements) et Vieux con (hurlements)se présentent à vous pour en finir avec la vie, mesdames et messieurs, non celle qu’ils mènent, mais la vôtre ! (A cet instant la cloche de l’église tinte trois coups, et afflue soudain sur sur l’allée une masse tranquille de boulistes et de grenouilles de bénitier). (crouic crouic). Vous allez assister ici à l’une des dernières voltiges répertoriées dans le Guinness Book des désespérés -nouvelle collection-. Un chien de deux mètres de haut et trois de long va sauter sur les épaules replètes d’un homme d’environ, avant l’exploit, un mètre soixante dix. Et cela, en effectuant un double salto arrière de puis ce banc, repeint en rouge depuis le passage de la Méluche, célèbre orateur, mais nous sommes ici pour (crouic crouic) n’en croire que nos yeux. »

Jupon et moi, assis à distance, écoutions le discours d’Arrabal. C’était pour nous une petite générale ; il fallait tout analyser : le discours, la portée du verbe employé, la promiscuité sonore (crouic crouic), la pertinence globale et a contrario ne pas évoquer notre propre situation, ce qui serait la mort d’une âme d’enfant, la conception de nouveaux proverbes, l’ambroisie divine des devineurs de mondes (Arrabal, tais-toi!). Tu sais Jupon, il y a des hommes qui ouvrent toujours plus grande leur gueule que de chiens qui aboient. Jupon a retroussé ses babines. Et comme tous les humanoïdes dissociés je n’ai pas été surpris quand elle m’a dit :

« C’est pour toi que je le fais, vieux schnock ! »

18 04 2012

AK

(recopié le 26 06 2021)

Jupon
Vieux con !
© Tomi Ungerer

10 commentaires sur “Jupon et le vieux con

  1. Beau texte.
    Tu sais qu’il y a des gens qui partent en vacances avec leur ours en peluche et qui le photographient? Je trouve cela admirable, certainement des gens bien 😉
    Chez moi il y avait un type qui faisait des tours avec un lapin, il le faisait disparaître et réapparaître, bref magique. Il a bossé comme ça tout l’été avec les touristes et quand l’hiver fut venu, faute de touriste, il boulotta le lapinou. Magique.

    Aimé par 1 personne

    • Ce genre de petits voyages pour nounours sais-tu je l’ai pratiqué (sans connaître le film Amélie Poulain). Figure-toi qu’Arrabal des Faubourgs (Arrabal veut dire banlieue ou faubourg en espagnol, je crois), je l’ai trouvé…dans une grosse poubelle (les vertes), au moment de jeter l’emballage de mon sandwich à la pause méridienne (joli mot pour les fainéants) d’un chantier routier où j’exerçais mon travail (car j’ai travaillé), du côté de Saint Sever. La peluche trônait, posée en haut d’un tas de déchets pas trop crades et nous devions être en janvier. J’ai de suite pensé à la gamine ou au gamin, dont les parents avaient fait le tri à Noël. Avec son bonnet et sa petite écharpe, j’ai pensé « te voilà abandonné ». Ainsi l’idée m’est venue de faire voyager ce petit ours pour qu’en rêve il raconte aux enfants qui l’avaient perdu ses récits de voyages, photos à l’appui. C’est vrai.
      Bien au chaud dans mon sac, près de l’appareil photo, il a visité pas mal d’endroits (européens). Plus tard, je ne me souviens plus de l’année, il a rencontré Caramella, devenue depuis sa compagne. Peu à peu oubliés, ils passent du canapé du séjour à l’enfilade (meuble) de la cuisinette et nous regardent tous les jours, semblant nous dire « alors, quand est-ce qu’on repart visiter le monde ? »
      Bon, alors disons la semaine prochaine, les petits doudous! Les enfants ont grandi, du côté de saint Sever, la route est faite, les rêves peuvent redevenir réalité !
      J’ai posé mon doigt à l’aveuglette (Chinette tenait ma main, il faut le signaler) et hop ! Liège, la Wallonie, destination obligatoire! Faut faire avec a soufflé Arrabal à l’oreille du conducteur. Il paraît que là-bas des lapins blancs nagent avec les cygnes dans la Meuse en buvant du pécké. Bon, on verra bien!🐰🐇🐇🐇🦢🦢🦢

      Aimé par 1 personne

    • Il y a bien des chances que nous leur servions de ragoût ! Bon app’ !
      (je me suis inscrit à nouveau chez toi pour la énième fois, tu fugues ou quoi ?)
      J’aime bien ton histoire de Jupon !

      Aimé par 1 personne

      • Je pensais à une fugue de mes abonnés ! Bonnes vacances à vous deux alors ! Vous allez sous quels cieux ?

        J'aime

      • En fait de cieux, c’est un paquet de nuages qui vont nous accompagner ! Déjà traverser la France en biais vue la météo ne me réjouit pas, et la destination pas tant que ça ! On va dans la famille de Chinette, à la rencontre (retrouvailles en présentiel) de ses copines qu’elle ne voit plus que sur Facebook, Messenger et compagnie. Cette année encore, pas de festival images singulières à Sète…Peut-être retrouverais-je sur la Batte (LE marché cosmopolite de Liège) le petit bâtard qui me sert de gravatar ! Il aura pris dix ans de plus mais on se reconnaîtra, pour sûr !
        L’important, c’est le voyage, pas ce qu’il y a au bout. Sauf pour un de mes gosses (29 ans), qui part en mission plusieurs mois en Haïti, avec une ONG (https://www.pseau.org/outils/lettre/article.php?lett_article_lettre_id=816) début juillet. Une tout autre aventure !
        Voilà ! 🤔🕊

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :