Le grand remplacement, késaco?

Le grand remplacement

En cette période où toutes sortes de sornettes d’extrémistes tintent à nos oreilles, j’ai enquêté sur des faits dont nul média ne parle : le véritable remplacement. Oh non, ce ne sont ni les nègres animistes ni les musulmans intégristes qui envahissent notre beau pays. En fait, il y a deux types de conquérants. Les plus dangereux que l’on peut encore remarquer, ce sont les Belges. On les retrouve partout ! Sur les ondes des radios nationales, dans les salles de spectacle, soit comme acteurs, soit comme metteurs en scène, chorégraphes, chanteurs, animateurs, jusqu’aux dessinateurs de bandes dessinées. Ils aspirent tout, nous imprègnent de joie de vivre. Notre créativité, notre chauvinisme national, bref tout ce qui fait notre culture que le monde entier respecte et apprécie. Je ne peux citer de noms ici, par crainte de représailles. Je n’ai en effet nulle envie de me faire friter ou d’être lapidé à coups de boulets liégeois, ni de finir attaché à une poutre en bois badigeonnée de sirop avec le corps couvert de frites plongées deux fois dans l’huile thermostat houit.

L’autre forme invasive est plus sournoise, car elle ne se voit ni ne s’entend pas, contrairement aux Belges. Cette forme du grand remplacement est générée par (et là je sui très sérieux) ces missi dominici que sont les gauchers, au service de leurs roitelets omnipotents. Difficiles à repérer, car quand vous leur tendez la main dextre ils la serrent en tendant leur bras droit. Comme tout le monde. Pour les débusquer, il faut aller dans les endroits où ils prospèrent : les librairies (quand ils dédicacent leur livre), les études de notaire, les collèges et les cabinets médicaux (il faut être très vigilant pour observer le docteur écrivant son ordonnance à la main car l’ordinateur est en panne). Dans certaines banlieues, selon maître Zem, on les repère quand ils sont surpris à taguer les murs des immeubles en écrivant de droite à gauche des slogans anti-flics. Lorsque ceux-ci les interceptent ils constatent facilement que leur main droite est maculée de peinture quand la gauche reste superbement manucurée et baguée. Les enfants de gauchers ont paraît-il également des problèmes de vue. Si vous demandez à un gamin de tracer de bas en haut (ou inversement) des lignes parallèles, vous constaterez qu’en bout de ligne les traits rejoignent l’horizontalité.

Mais le drame national que nous vivons vient avant tout du fait que les Belges et les gauchers ne sont ni de gauche ni de droite, juste des gens comme tout le monde. Sauf les maîtres chanteurs qui s’appellent Octave, mais ont des origines plus bataves que les champs de betteraves qui restent à ce jour les meilleurs remparts contre l’intrusion des Belges dans notre chère patrie sucreuse de fraises. Ajoutons à cela que la main gauche a toujours été assimilée à la main du diable. Une raison de plus pour diaboliser ces véritables intrus que personne ne voit venir dans nos chaumières gauloises. Il se raconte même dans les livres d’Histoire qu’un certain Napoléon dirigea l’index gauche de sa main vers le haut des pyramides, lors de son invasion égyptienne, et lança sa fameuse phrase sur les quarante voleurs séculaires (juifs, mamelucks, arabes, païens, bouddhistes, animistes, wallons, flamands, etc) qui depuis lors s’intègrent dans notre société contemporaine à bas bruit.

Tremble, terre de France ! Quand dans les livres d’Histoire vous lirez que l’Edit de Nantes fut remplacé par l’Edit de Merckx, que les flamands n’étaient pas roses mais rouges comme le nez de votre grand-mère créole après avoir ingéré quelques verres de rhum vaudou, qu’un vendeur à la sauvette vous proposera d’ici peu de fumer du Belge en vous ouvrant sa boutique perverse plutôt que du saumon norvégien, ne tombez pas dans le piège, soyez très vigilants. Le grand remplacement est en route, mais surtout, surtout ne roulez pas à gauche, cela vous conduirait dans le décor des désaccords , sauf en Angleterre mais on s’en moque depuis le Brexit. D’ailleurs ne roulez que si vous le devez. Au prix des carburants, le 30 kmh sera bien inférieur à l’abstention dans les urnes, d’ici deux mois. Souhaitons que le cours du rhum ne suive pas la tension de votre grand-mère qui a investi dans le CAC40).

Le grand remplacement ? Sans doute est-ce ouvrir son placard, poussiéreux en virer les vieux vêtements qu’on collectionne depuis des décennies liées à la mode des carreaux Vichy, mettre tout le fourbi dans des conteneurs « le Relais » et se rhabiller en ours polaires synthétiques ou de frétiller au creux du lit, ou chasser la peur et la xénophobie avec un (ou une) compagnon qui baigne sa frite deux fois par semaine dans l’huile sainte des jours heureux et n’est pas trop gaucher pour vous caresser avec sa main adroite mais fainéante. Et ce, sans supplément ni surenchères. Le bonheur franchit tous les racismes. Les blédars de la haine n’y pourront jamais rien. C’est ainsi.

05 02 2022

AK

(photo d’illustration : la riña de gatos, de Goya (détail))

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :