Le Gremlin du Kremlin

(ceci n’est que mon avis, quand je suis accoudé au comptoir du café du Commerce)

Déjà du temps de Staline celui-ci avait multiplié un brassage de populations faisant en sorte que les républiques soumises à sa domination ne puissent créer des noyaux durs, tant religieux que culturels. En insérant des populations venues (expatriées) dans d’autres régions, sous un prétexte de diversités ethniques, il permettait une certaine porosité dans tous ces états qui maintenaient son pouvoir en éliminant une conscience territoriale et patrimoniale de chaque entité du vaste pays. C’était aussi le cas pour la Yougoslavie de Tito.

Quand le mur de Berlin est tombé en 1989, nombre républiques ex-soviétiques ont accédé à leur indépendance :

« Quels sont les pays créés après l’éclatement de l’URSS ?

Le premier est la fédération de Russie, qui demeure le plus vaste pays de la planète (17 millions de km2) mais aussi l’un des moins denses (7 habitants au km2).

En Eurasie, quinze républiques voient le jour entre 1990 et 1991.

Les pays Baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie), qui avaient été indépendants entre 1920 et 1939, proclament leur souveraineté.

Peu après, l’Ukraine, la Biélorussie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Moldavie et la Géorgie se proclament à leur tour indépendantes.

En Asie centrale, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Turkménistan, le Tadjikistan et le Kirghizstan le deviennent également.

Tous ces nouveaux Etats sont d’anciennes républiques soviétiques. Excepté des problèmes, notamment en Georgie, Moldavie et Ukraine et dans les pays Baltes, il n’y a aucune opposition en Russie. Mais il n’en est pas de même lorsque des régions autonomes de la Russie veulent devenir indépendantes, notamment dans le Caucase. La Russie veut préserver les frontières de ce qu’était la République soviétique de Russie et intervient militairement en Ingouchie et en Tchétchénie dans le Caucase, qui devient une zone marquée durablement par les conflits et l’instabilité politique.

Or, il se trouve que dans certaines de ces nouvelles républiques existe encore des conflits avec des populations pro-russes (Transnistrie en Moldavie, Donbass en Ukraine, Géorgie, Tchétchénie etc). Parmi ces désirs d’indépendance une minorité installée depuis plusieurs générations cherche à revendiquer sa propre indépendance dans ces nouveaux états, pour des raisons politiques, religieuses, ou économiques. Ainsi se créent des conflits, chacun revendiquant sa part de territoire et sa complète autonomie. Le tout étant surtout lié aux richesses du sous-sol et à la prospérité qu’elle apporte.

Simplement, pour prospérer quand on a peu de moyens, il faut un grand frère, et des petits manitous qui répriment tout ce qui s’appelle démocratie. Le dernier exemple en cours est la Biélorussie. Donc, cette communauté de petits dictateurs, corrompus et profitant de leur mentor en place depuis plus de vingt ans, ancien chef du KGB, alimentent leurs profits au détriment de peuples désinformés, qui s’habituent sans scrupules aux nouvelles énoncées par les médias étatiques. Il fera beau demain. Le lendemain il pleut. Le surlendemain il gèle. Si on vous dit qu’il fera beau demain, c’est qu’il fera beau, demain. Le mensonge est l’arme des fourbes, mais les fourbes sont le danger de l’Humanité, car ils sont imprévisibles comme le sont leurs paroles ou leurs engagements lors de discours populaires. Sans omettre l’orthodoxie influente des prêtres qui prêchent dans de belles églises dorées à l’or fin la souveraineté du peuple agenouillé.

Infantiliser les masses. Trouver le chef qui saura le faire. C’est fait. Il suffit de remettre l’Histoire sur le tapis rouge. Parler de l’Ukraine nazie. Comme on pourrait parler du Front de Libération de la Bretagne. Les temps ont changé, pas l’ignominie de certains dirigeants. La montée du fascisme en Europe opère des tensions qui ne servent qu’à déstabiliser une démocratie qui a mis des décennies à réaliser la paix entre nations et peuples. Cette histoire ne fait que commencer.

Et moi, j’ai envie de pleurer.

24 02 2022

AK

Bonus :

6 commentaires sur “Le Gremlin du Kremlin

  1. J’équilibrerai (un bien grand mot) avec optimisme (un autre bien grand mot) pour ne pas tout à fait sombrer dans le désespoir, ce n’est pas le moment, d’autant que je vois pas pourquoi ce serait toujours les salopards qui « gagnent », et il est vrai que des choses m’échappent (je ne me permettrais pas de parler pour vous ou d’autres personnes), mais il y a de fortes chances qu’elles échappent également aux grands malades qui croient gouverner le monde, alors qu’ils ne sont rien… Et grand merci pour votre article qui remet les éléments en perspective !

    Aimé par 1 personne

  2. De plus poutine traîne un certain nombre de casseroles (dépenses insensées, construction d’un palais de malade et caché du bon peuple, condamnations d’anciens oligarques qui risquaient de lui faire de l’ombre, scandales financiers et que ne sais-je pas encore ! mais s’il perdait le pouvoir il se trouverait en très mauvaise situation s’il devait rendre des comptes. Alors quoi de mieux qu’une guerre pour détourner les regards un certain temps encore ?… En plus de sa nouvelle folie meurtrière bien sûr !

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :