Les mardis de la poésie : Théodore Botrel (1868-1925)

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odore_Botrel

« Botrel s’est inspiré de l’ouvrage de Pierre Loti Pêcheur d’Islande pour le thème de sa chanson. Ce sera la gloire. Celle-ci reste au répertoire de Félix Mayol jusqu’à sa mort en 1941. On remarquera qu’il y chante « J’aime Paimpol et sa falaise », alors qu’à Paimpol même il n’y a pas de falaise6. En réalité, Botrel ne connaissait pas Paimpol lorsqu’il créa la chanson et n’y viendra qu’une seule fois en 1897 pour le « pardon des Islandais »1.

La Paimpolaise

Quittant ses genêts et sa lande
Quand le Breton se fait marin
Pour aller aux pêches d’Islande
Voici quel est le doux refrain
Que le pauvre gars
Fredonne tout bas :
« J’aime Paimpol et sa falaise
Son église et son Grand Pardon
J’aime surtout la Paimpolaise
Qui m’attend au pays Breton »

Quand les marins quittent nos rives
Le curé leur dit : « Mes bons fieux,
Priez souvent Monsieur Saint-Yves
Qui nous voit des cieux toujours bleus »
Et le pauvre gars
Fredonne tout bas :
« Le ciel est moins bleu, n’en déplaise
A Saint-Yvon, notre patron
Que les yeux de la Paimpolaise
Qui m’attend au pays Breton »

Guidé par la petite étoile
Le vieux patron d’un air très fin
Dit souvent que sa blanche voile
Semble l’aile du Séraphin
Et le pauvre gars
Fredonne tout bas :
« Ta voilure, mon vieux Jean Blaise
Est moins blanche au mât d’artimon
Que la coiffe à la Paimpolaise
Qui m’attend au pays Breton »

Le brave Islandais sans murmure,
Jette la ligne et le harpon,
Puis dans un relent de saumure,
Il se couche dans l’entrepont…
Et le pauvre gars
Fredonne tout bas :
« Je serions bien mieux à mon aise,
Devant un joli feu d’ajonc,
À côté de la Paimpolaise,
Qui m’attend au pays Breton »

Mais souvent l’Océan qu’il dompte
Se réveille, lâche et cruel,
Et lorsque le soir, on se compte,
Bien des noms manquent à l’appel…
Et le pauvre gars
Fredonne tout bas :
« Pour combattre la flotte anglaise,
Comme il faut plus d’un moussaillon,
J’en caus’rons à ma Paimpolaise,
En rentrant au pays Breton. »

Puis quand la vague le désigne,
L’appelant de sa grosse voix,
Le brave Islandais se résigne,
En faisant un signe de croix…
Et le pauvre gars
Quand vient le trépas,
Serrant la médaille qu’il baise,
Glisse dans l’Océan sans fond
En songeant à la Paimpolaise
Qui l’attend au pays Breton.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :