Nocturne

Ce matin j’ai vu un chat traverser la rue

Une voiture l’a évité, d’extrême justesse.

Ce matin j’ai surpris un lièvre surgi

De son terrier ; un chasseur l’a manqué.

Ce matin j’ai vu des mères et des enfants

Qui fuyaient. La guerre les a tous écrasés.

Ce matin j’ai eu du mal à me regarder

J’avais perdu l’image de qui j’étais, avant

Étais-je un chat, un lièvre ou un humain ?

Ce matin j’ai compris une chose : naître rien

C’est assouvir son besoin d’exister en n’étant rien

Ce matin je suis parti caresser la mer

En regardant jouer le chat et le lièvre

Ce matin sur la plage il y avait des filets

Rouges, comme les répandent les assassins

Le matin, quand les chats et les lièvres crèvent

Entre mes bras nus qui n’ont su que se taire .

22 02 2022

AK

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :